Skip to main content

Improving the organisation of maternal health service delivery, and optimising childbirth, by increasing vaginal birth after caesarean section (VBAC) through enhanced women-centred care

Article Category

Article available in the folowing languages:

Optimisation des naissances en Europe

Les taux de césarienne varient considérablement en Europe. Un projet financé par l'UE cherche à réduire ces taux en renforçant les taux d'accouchement vaginaux à la suite d'une césarienne (AVAC).

Société
Santé

Selon le rapport de santé périnatal de 2008, on constate une «inquiétude considérable» concernant l'augmentation des taux de césarienne. De plus, les taux d'AVAC en Allemagne, en Irlande et en Italie sont relativement plus bas (29-36 %) qu'aux Pays-Bas, qu'en Finlande et en Suède (45-55 %). Ainsi, 160 000 cas inutiles de césarienne sont effectués chaque année pour un coût direct annuel de 156 millions d'euros. Le projet OPTIBIRTH a réuni des utilisateurs, des femmes et leurs familles, des sages-femmes et des obstétriciens ainsi que des chercheurs en épidémiologie, en économie de la santé et de l'industrie pour mener des études sur 15 sites dans les 3 pays avec de faibles taux d'AVAC. La recherche a été très vaste prenant à la fois les pays AVAC à faible et à haut taux. L'intervention a été conçue pour augmenter la responsabilisation, l'engagement et l'implication des femmes avec une histoire d'au moins une césarienne. L'objectif était que les taux d'AVAC puissent augmenter de 25 à 40 %. Deux examens systématiques d'interventions menées par des médecins et des femmes ainsi que des entrevues de groupe de discussion avec 71 femmes et 115 médecins dans les six pays ont été réalisés. L'intervention finale a utilisé un design motivationnel et comprenait la nomination de sages-femmes et d'obstétriciens leaders d'opinion (MOL et OOL) sur chaque site. Il y avait aussi deux classes de soutien et d'éducation prénatale pour les femmes et leurs partenaires de deux heures chacune (avec une réunion de groupe avec le MOL et l'OOL à la fin). Pour une utilisation maximale, l'équipe a traduit l’intervention en format en ligne avec un site Internet et a mis au point trois applications de téléphonie portable. L'intervention était testée dans un essai contrôlé randomisé par grappe. Une analyse des coûts complets et de la qualité de vie a également été effectuée ainsi que des rencontres avec des décideurs pour améliorer le transfert des résultats dans la pratique. L'intervention devrait entraîner une réduction des césariennes et une augmentation des taux d'AVAC en Allemagne, en Irlande et en Italie. OPTIBIRTH pourrait également améliorer l'organisation des systèmes de santé maternelle et l'approvisionnement de services en Europe.

Mots‑clés

Césarienne, naissance vaginale après une césarienne, OPTIBIRTH, essai randomisé, santé maternelle

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application