Skip to main content

Media, Conflict and Democratisation

Article Category

Article available in the folowing languages:

La communication publique en période de conflit

Grâce aux innovations technologiques et à un nouvel environnement médiatique, les conflits liés à la démocratisation sont des événements fortement médiatisés. Des chercheurs financés par l'UE ont étudié les médias, les conflits et la politique dans les pays connaissant une transition démocratique.

Économie numérique
Société
Recherche fondamentale

Le projet MECODEM (Media, conflict and democratisation) a exploré les interconnexions entre communication publique et conflits politiques lors de la transition à partir d'un régime autoritaire. En étudiant quatre pays confrontés à des scénarios très différents de transition démocratique, le projet a fait progresser les connaissances et la compréhension des conflits dans les sociétés en transition. Les chercheurs ont mené une analyse comparative de 13 cas de conflits liés à une démocratisation ou à une demande de changement démocratique en Égypte, au Kenya, en Serbie et en Afrique du Sud. Ils ont collecté des données à partir d'une analyse quantitative du contenu de la couverture médiatique, d'entretiens semi-directifs, d'une analyse des médias sociaux et d'une analyse textuelle qualitative. MECODEM a travaillé sur la base de deux hypothèses clés, la première étant que la démocratisation déclenche souvent des conflits entre des groupes, intérêts et visions du monde opposés. La seconde repose sur l'idée que les démocratisations modernes sont façonnées par la 'logique des médias', qu'ils soient traditionnels ou numériques. La recherche apporte des informations importantes sur les modes de communication, les rôles des parties prenantes et même le concept même de démocratie dans les sociétés en transition. Si la démocratisation de la communication publique autorise des voix précédemment réduites au silence à s’exprimer, elle se traduit également par le déclenchement et l'exacerbation de conflits. Dans le même esprit, bien que les différents groupes puissent participer au débat public par l'intermédiaire des médias traditionnels et numériques, ces forums provoquent souvent une polarisation et une violence intergroupes. Pour toucher les communautés pauvres et désavantagées, les acteurs de la société civile doivent également pouvoir communiquer en dehors des médias sociaux. Le projet a également constaté que dans les sociétés en transition, les grands médias suivent en général le discours dominant de ceux qui détiennent le pouvoir. Les recherches de MECODEM sur le rôle des médias dans les situations de conflit montrent d'autre part que l'adoption des normes standard du journalisme occidental peut être contre-productive pour la résolution des conflits et la réconciliation. Enfin, la capacité de communication des gouvernements reste médiocre. Elle suit toujours un modèle de propagande directif et leur manque de réactivité et de capacité d'écoute sont des facteurs majeurs dans le déclenchement et l'intensification des conflits. Les travaux de MECODEM ont mis en lumière la dynamique de la communication publique dans des situations conflictuelles complexes. Ses résultats apportent également de nouvelles connaissances et compétences pour l'utilisation des outils TIC afin de communiquer de façon efficace pendant les conflits.

Mots‑clés

Communication publique, conflit, média, démocratisation, MECODEM, sociétés en transition

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application