Skip to main content

European Marine Biological Research Infrastructure Cluster to promote the Blue Bioeconomy

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un cluster d’infrastructures de recherche pour stimuler la bioéconomie bleue

Les laboratoires marins et les infrastructures de recherche (IR) en sciences biologiques ont fait l’objet d’une modernisation récente en Europe. Un éventail plus large de la biodiversité marine peut à présent être étudié de façon beaucoup plus détaillée qu’auparavant.

Alimentation et Ressources naturelles

Sur notre planète, le milieu marin représente plus de 90 % de la biosphère et abrite une immense biodiversité. La biotechnologie marine (bleue) devient rapidement une composante importante du secteur mondial de la biotechnologie pour répondre à la demande croissante de bioproduits qui ne peuvent être obtenus uniquement à partir de sources terrestres. Financé par l’UE, le projet de cluster européen d’infrastructures de recherche en biologie marine pour promouvoir la bioéconomie bleue EMBRIC vise à accélérer la découverte scientifique et l’innovation dans le domaine des bioressources marines et à promouvoir de nouvelles applications dérivées d’organismes marins. «L’initiative vise à mettre en contact des partenaires du monde universitaire et de l’industrie afin de renforcer les liens entre la science, l’industrie et les régions maritimes», explique Amélie Lecornec, gestionnaire du projet. Actuellement, le potentiel économique important des biotechnologies marines reste largement sous-exploité et est entravé par plusieurs facteurs. On citera notamment des facteurs opérationnels qui empêchent la communauté scientifique d’explorer pleinement les ressources biologiques marines. Parmi les autres obstacles figurent les difficultés pratiques et culturelles à établir des liens entre la science et l’industrie, ainsi que la nature fragmentée des écosystèmes d’innovation régionaux en biotechnologie marine dans toute l’Europe. Pour surmonter ces obstacles, il convient de renforcer la connectivité entre les IR et leurs communautés d’utilisateurs, la science et l’industrie, ainsi qu’entre les IR et les politiques de recherche et développement et d’innovation dans les régions maritimes européennes.

Innovation accrue

Les partenaires du projet souhaitaient promouvoir l’innovation dans le domaine de la biologie et de l’écologie marines en Europe en regroupant six IR. L’objectif était de donner accès à tout le spectre de la diversité des organismes marins ainsi qu’à une expertise en matière de services et de gestion de données. Grâce à toutes ces connaissances acquises, le cluster a pu concevoir des flux de travail efficaces pour la découverte de produits naturels. Toutes les IR utilisent des approches et des flux de travail différents, qu’EMBRIC a exploités pour établir une plateforme de dépistage virtuelle. Un service de gestion des données – le Configurateur EMBRIC – a été mis en place avec succès pour soutenir la gestion, l’analyse et l’interprétation des données marines. Le consortium a également créé des études de cas pour faciliter les tests et affiner les processus de découverte grâce à des activités de développement conjointes. Ces tests internes ont été complétés par l’octroi d’un accès aux services EMBRIC à des communautés d’utilisateurs externes telles que le programme pilote Transnational Access au cours de la seconde moitié de la vie du projet.

Des avantages à de nombreux niveaux

EMBRIC a réussi à sensibiliser les décideurs politiques aux niveaux régional, national et européen à l’importance de soutenir la bioéconomie marine. Il a également sensibilisé l’Europe aux possibilités et à la nécessité de libérer le potentiel sous-exploité des océans. De plus, le projet a mis en évidence l’importance de regrouper les IR pour accélérer le rythme des découvertes scientifiques et de l’innovation dans le domaine des bioressources marines. Le projet a aussi permis d’établir des flux de travail fonctionnels communs et opérationnels et de les tester en faisant intervenir toutes ces IR. Le cluster a également développé des bonnes pratiques et des procédures normalisées et il a créé un entrepôt de données lié à ces flux de travail. Ces activités seront utilisées par les IR dans le cadre de projets futurs. Cette initiative fournit à l’Europe des instruments puissants pour favoriser l’interdisciplinarité à une époque où les activités de recherche sont de plus en plus spécialisées. «Dans le domaine particulier des bioressources marines, les alliances entre IR comme celles regroupées dans EMBRIC sont essentielles pour accélérer le rythme des découvertes scientifiques et du développement économique», conclut Mme Lecornec.

Mots‑clés

EMBRIC, infrastructure de recherche (IR), cluster, biotechnologie, bioéconomie, bioéconomie bleue, sciences biologiques, activités de développement conjointes, accès transnational, pilote

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application