Skip to main content

Clinical validation and commercialization of innovative immunostimulating Interstitial Laser Thermotherapy

Article Category

Article available in the folowing languages:

Explorer les pouvoirs uniques de l’immunothérapie laser sur les tumeurs cancéreuses

L’exploitation du potentiel du système immunitaire pour combattre les maladies est un domaine qui suscite de plus en plus d’intérêt en médecine. En ce qui concerne la lutte contre le cancer, un projet intègre la technologie laser dans une thérapie innovante.

Santé

Notre système immunitaire nous protège en produisant des anticorps pour combattre les infections. Les immunothérapies à base de médicaments renforcent ces défenses naturelles contre des maladies comme le cancer. De nouvelles approches sont cependant nécessaires, de nombreux patients ne répondant pas à ces immunothérapies. Le projet INTHER, financé par l’UE, a élaboré un dispositif innovant et à invasion minimale permettant de délivrer une thermothérapie interstitielle au laser immunostimulante (imILT). Cette thérapie agit directement sur la tumeur et stimule le système immunitaire du patient, l’incitant à attaquer d’autres tumeurs (cancer du même type). L’efficacité de cette nouvelle méthode a été testée sur des tumeurs solides des cancers du pancréas et du sein, confirmant ainsi ses promesses thérapeutiques. L’absorption clinique d’imILT réduira les coûts des traitements des tumeurs solides, comme ceux liés à la chirurgie. Tester la sécurité et l’ergonomie des équipements La lumière laser imILT réchauffe la tumeur cancéreuse de manière douce et contrôlée, la tuant en quelques jours et provoquant la fuite d’antigènes. Ces antigènes activent le système immunitaire du corps, qui cible également d’autres tumeurs et métastases dans le corps. Dans le cas du cancer du pancréas, cinq patients atteints d’un cancer du pancréas de stade III ont été traités en France par imILT lors d’une chirurgie ouverte. Les patients ont bien toléré le traitement et l’équipement s’est avéré hautement utilisable et sûr. Au Portugal, quatre patients atteints d’un cancer du pancréas de stade III ou IV localement avancé ont également été traités par chirurgie ouverte. Le traitement a été bien toléré par les patients et aucun effet secondaire sérieux n’a été observé suite au traitement. En novembre 2018, cinq des patients traités par imILT avaient une durée de survie médiane de 17 mois, comparés aux résultats publiés pour un cancer du pancréas localement avancé et inopérable dont la survie médiane était inférieure à un an. En ce qui concerne le cancer du sein, deux patientes britanniques ont été traitées par imILT. Le traitement a été bien toléré, sans effets secondaires graves, et les deux patientes étaient toujours en vie lors du suivi, deux et dix mois (respectivement) après le traitement. «Ces tests démontrent que le traitement imILT est sûr, non invasif, avec peu d’effets secondaires et à un coût par patient inférieur à celui d’une intervention chirurgicale ou d’un traitement chimique», déclare M. Lars-Erik Eriksson, PDG de CLS. Comme le traitement se déroule à basse température (environ 46 degrés pendant 30 minutes), les protéines antigéniques de la tumeur sont préservées, ce qui stimule davantage la défense immunologique et apporte potentiellement une protection à long terme contre des tumeurs du même type de cancer: une possibilité qui reste encore à explorer. Vers la pratique clinique Actuellement, CLS et les deux hôpitaux qui ont mené l’étude sur le cancer du pancréas collaborent davantage sur l’utilisation du traitement imILT. Les résultats seront présentés conjointement lors de la conférence ECIO en avril 2019. En outre, l’Institut d’oncologie du Portugal continuera à proposer un traitement imILT aux patients atteints d’un cancer du pancréas, en faisant le premier hôpital européen à l’utiliser systématiquement. Le système d’administration TRANBERG (le laser et les instruments utilisés pour traiter le patient, mesurer et contrôler la température du laser) dispose du marquage CE et est prêt à être commercialisé, tandis que la méthode imILT (le protocole de traitement) doit encore être vérifiée auprès d’un plus grand nombre de patients. La prévalence du cancer du pancréas augmente considérablement et manque de traitements efficaces. Le diagnostic de la plupart des patients intervient en outre trop tardivement en raison du caractère indéterminé des symptômes. «Si CLS peut apporter à ces patients une alternative améliorant les taux de survie globale, il s’agira d’une étape décisive. imILT peut également être associé à d’autres traitements, un domaine que nous explorerons plus en profondeur», déclare M. Eriksson.

Mots‑clés

INTHER, système immunitaire, laser, cancer du sein, cancer du pancréas, immunothérapie, traitement, antigène, tumeur, oncologie, métastases

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application