Skip to main content

Fast and effective diagnostic test for the early detection of residual tumours to prevent cancer recurrence

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les cellules zombies refusant de mourir indiqueraient une récidive du cancer

Toutes les cellules somatiques en bonne santé du corps humain se divisent de façon régulière, donnant lieu à deux cellules filles identiques. Lorsque certaines cellules entrent dans un état d’arrêt après un traitement contre le cancer, leur présence peut indiquer la possibilité d’une récidive et des scientifiques financés par l’UE sont sur leur piste.

Santé

La division cellulaire est un processus important pour maintenir une croissance et une réparation normales. Les cellules sénescentes, appelées parfois «cellules zombies», perdent cette capacité et entrent dans un état durable d’arrêt de croissance. Alors que la sénescence peut éviter la croissance des tumeurs (le cancer étant caractérisé par la prolifération cellulaire non contrôlée), au cours de ces dernières années la présence de cellules sénescentes à la suite de traitements contre le cancer a également été liée à la récidive. Des scientifiques de Senolytic Therapeutics ont développé un innovant test de diagnostic in vitro pour détecter ces cellules. Le financement européen du projet SenoIT a considérablement accéléré les études conçues pour commercialiser ce test rapidement. Cela pourrait améliorer le pronostic et la qualité de vie de millions de personnes, tout en réduisant le fardeau pesant sur les systèmes de soins de santé. Identifier les signes avant-coureurs de la récidive Les biopsies liquides (sang) ou tissulaires sont souvent utilisées pour détecter des biomarqueurs circulants ou locaux, dont des cellules tumorales et des éléments de cellules tumorales. En d’autres termes, elles détectent la présence de tumeurs et peuvent être utilisées pour mettre en place des schémas thérapeutiques optimaux. Les cellules sénescentes, soit les cellules cancéreuses qui ont évité l’effet cytotoxique des traitements, ne se reproduisent pas et ne provoquent pas de croissance tumorale, mais pourraient être, sont un puissant biomarqueur potentiel de la récidive. Selon le Dr Marc Ramis, PDG de Senolytic Therapeutics, et la Dre Andrea Bernardos, coordinatrice du projet, «les médecins, après avoir traité le cancer par intervention chirurgicale, radiothérapie ou chimiothérapie, ont souvent besoin d’informations supplémentaires sur la présence ou l’absence de tumeurs résiduelles. Détecter et éliminer les cellules tumorales résiduelles est la manière la plus efficace d’éviter la récidive et, pour cette raison, l’identification de nouveaux marqueurs des tumeurs constitue la demande la plus urgente des oncologues». Senolytic Therapeutics est une entreprise qui se consacre au développement de nouvelles classes de médicaments ciblant et éliminant les cellules sénescentes, qui ont été associées au vieillissement, au développement de maladies et, plus récemment, à la récidive du cancer. Porter le test SenoIT sur le marché et améliorer les résultats de millions de personnes Selon le Centre international de recherche sur le cancer, le cancer représente un fardeau de 18,1 millions de nouveaux cas et 9,6 millions de décès en 2018 dans le monde. Le test SenoIT s’est concentré sur le cancer du sein triple négatif (CSTN). Comme l’expliquent le Dr Ramis et la Dre Bernardos, «le CSTN est le deuxième cancer le plus fréquemment diagnostiqué et la deuxième cause principale de décès lié au cancer chez les femmes à l’échelle mondiale». Une étude récente a découvert qu’environ 25 % des patientes atteintes de CSTN subissent une récidive distante ou locale, cette première liée à plus de 75 % de la mortalité spécifique au cancer du sein. Par rapport aux biopsies traditionnelles, le test SenoIT est peu invasif, rapide, facile à utiliser et peu coûteux. Plus important encore, il est très discriminatoire et peut détecter des tumeurs récidivantes chez des patients stabilisés. SenoIT a mené une étude de faisabilité pour ce test. Sans surprise, ils sont parvenus à démontrer sa viabilité commerciale et l’équipe a élaboré désormais un plan d’affaires à cinq ans. Grâce aux résultats de SenoIT, l’entreprise a établi une collaboration avec un partenaire pharmaceutique, dans l’idée d’incorporer le test au marché dès 2022. Mis à part les applications au CSTN et à d’autres types de cancer, SenoIT deviendra probablement un outil de diagnostic utile pour les entreprises pharmaceutiques concentrées sur le ciblage et l’élimination de cellules sénescentes dans le cadre du vieillissement ou d’autres maladies. Son utilisation dans un vaste éventail d’applications promet un impact mondial sur la santé et les maladies.

Mots‑clés

SenoIT, cancer, cellules, tumeur, test, récidive, cancer du sein triple négatif (CSTN), sénescence, produits thérapeutiques, Senolytic, diagnostic, traitements

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application