Skip to main content

Virtual Environments for Rehabilitation of Gender Violence Offenders

Article Category

Article available in the folowing languages:

L’avatar qui met les hommes à la place d’une femme victime de violence

Un homme violent qui comprend l’impact de son comportement menaçant est peut-être moins susceptible de frapper ou d’intimider un partenaire. Le projet européen VRespect.Me a développé une expérience de réalité virtuelle pour aider les agresseurs à faire preuve d’empathie envers leurs victimes.

Économie numérique
Société

C’est un scénario terrifiant et désespéré pour l’avatar féminin. La porte s’ouvre et un homme entre dans la pièce et commence à lui crier dessus. Si elle répond ou le regarde, il crie: «Ta gueule!» C’est une expérience de réalité virtuelle (RV) et l’avatar féminin est menacé par un avatar masculin dans un monde animé. Mais cela semble très réel pour la personne qui porte le casque: l’homme a l’habitude d’être de l’autre côté de la violence. Le projet de l’UE VRespect.Me a utilisé une technologie de réalité virtuelle de pointe pour placer les hommes violents dans le corps d’une femme, victime de cette violence, ce qui peut aider ces hommes à changer et potentiellement sauver des vies. Des recherches suggèrent que certains hommes ne se rendent pas compte de ce qu’est réellement la peur chez autrui. «Nos interventions renforcent l’empathie, améliorent notamment la capacité de l’agresseur à reconnaître les émotions de ses victimes», a déclaré Mavi Sánchez-Vives, médecin en chef chez Virtual Bodyworks, la société espagnole qui a développé VRespect.Me. «Pour l’agresseur virtuel, nous avons effectué des captures de performance d’un acteur avec une technologie similaire à celle utilisée pour les films hollywoodiens», a déclaré Bernhard Spanlang, directeur technique chez Virtual Bodyworks. «Grâce à la modélisation et à la programmation, nous avons transformé ces données en une expérience de réalité virtuelle.» Dans VRespect.Me et dans le précédent projet européen VERE, les chercheurs ont mené cinq études sur l’expérience de RV. Une étude scientifique, «Les agresseurs deviennent la victime dans la réalité virtuelle: impact du changement de perspective sur la violence domestique», a été publiée dans la revue Nature. Dans une étude menée sur quatre années, 184 agresseurs condamnés ont expérimenté ce scénario. Environ 2,2 % d’entre eux ont récidivé au cours de la période de suivi, contre 6 % après une rééducation standard. Ce sont des données préliminaires, mais les résultats sont encourageants.

Une perspective nouvelle

Des chercheurs ont testé le système sur des prisonniers et des hommes purgeant une peine avec sursis en Catalogne, dans le nord-est de l’Espagne. Les résultats ont impressionné les personnes travaillant avec des hommes violents. Le gouvernement régional catalan a acheté VRespect.Me pour l’utiliser au sein d’une prison située à Tarragone. D’autres organisations en Europe l’ont également commandé. Ils espèrent réduire un problème qui touche une femme sur trois tout au long de leur vie, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé. En Europe, «l’enquête sur la violence à l’égard des femmes à l’échelle de l’UE (2012)», de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, a constaté que 22 % des femmes de plus de 15 ans en Espagne, où le projet a été mené, ont subi des violences physiques ou sexuelles au cours de l’année écoulée, un chiffre qui atteint 52 % au Danemark. «La violence sexiste ne devrait plus exister au 21e siècle et les solutions doivent impliquer la société dans son ensemble», a déclaré Charlie Pearmund, directeur général de Virtual Bodyworks. L’équipe de VRespect.Me développe actuellement de nouveaux scénarios pour le produit afin d’accroître l’empathie de la société envers les victimes de violence, parfois accusées de ce qui leur est arrivé. «Nous avons maintenant 20 volontaires, travaillant avec les agresseurs et les victimes de violence domestique, qui se rencontrent régulièrement pour développer de nouveaux scénarios pour la solution et aider à la transmettre à ceux qui en ont besoin», a déclaré M. Pearmund.

Mots‑clés

VRespect.Me, avatar, réalité virtuelle, hommes violents, maltraitance, empathie, violence domestique, violence sexiste

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application