Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un meilleur moyen de contrôler la qualité de l’air

Un système innovant tout-en-un a été développé et testé pour mesurer la présence de plusieurs polluants atmosphériques et gaz à effet de serre, contribuant de la sorte aux efforts mondiaux visant à assainir l’environnement.

Changement climatique et Environnement
Technologies industrielles

Le contrôle de la qualité de l’air est essentiel, tant pour s’assurer que l’air que nous respirons est sûr que pour lutter contre le changement climatique. Avec l’augmentation de la pollution atmosphérique et l’urgence de la lutte contre le réchauffement climatique, l’industrie du contrôle de la qualité de l’air ne cesse de se développer. En outre, avec une valeur estimée de près de 4,2 milliards d’euros, l’industrie n’est pas seulement une grande activité, c’est une activité lucrative. «Le marché de la surveillance de la qualité de l’air est aujourd’hui dominé par des technologies complexes, coûteuses et inefficaces qui se limitent à mesurer chaque polluant atmosphérique et gaz à effet de serre de manière indépendante», explique Morten Hundt, co-fondateur et PDG de MIRO Analytical Technologies (MIRO), une start-up technologique basée en suisse. «Le marché a désespérément besoin d’un système innovant capable de mesurer tous ces polluants et gaz simultanément.» Grâce au soutien du projet Lazaero financé par l’UE, MIRO a mis au point le système tout-en-un dont a besoin le marché. «Notre analyseur innovant va modifier radicalement le marché de la surveillance de la qualité de l’air tel que nous le connaissons aujourd’hui», ajoute M. Hundt.

Mieux comprendre la pollution atmosphérique et le réchauffement climatique

Dans le cadre du projet Lazaero, l’équipe de R&D de MIRO a cherché à accroître le nombre de gaz mesurés de 8 (dans le prototype) à 10. L’équipe a également identifié les activités qui devaient être menées pour améliorer la solidité et le bon fonctionnement de l’analyseur et réduire ses coûts de fabrication. Ce travail a donné pour résultat un analyseur de gaz direct basé sur une spectroscopie à absorption laser capable de mesurer six polluants différents (CO, O3, SO2, NO, NO2 et NH3) et quatre gaz à effet de serre (H2O, CO2, CH4 et N2O) de façon continue, simultanée et précise. Le nouvel analyseur est également extrêmement léger, le poids des instruments ayant été réduit de 200 à seulement 25 kg. «Cela contraste fortement avec les solutions actuellement sur le marché qui, malgré le fait qu’elles nécessitent de grandes quantités d’espace et d’énergie, n’offrent encore que des performances limitées», explique M. Hundt. En tant que système tout-en-un, les utilisateurs finaux ne doivent transporter qu’une seule machine, ce qui signifie qu’ils peuvent facilement la déplacer sur différents sites afin d’obtenir des mesures plus ciblées – et plus précises. Il est même possible d’effectuer des mesures sur un véhicule en mouvement, une fonction qui ouvre la porte à de toutes nouvelles applications. «Nous sommes fiers que notre analyseur permette aux entreprises, aux autorités et aux chercheurs d’obtenir les informations dont ils ont besoin pour comprendre et réduire la pollution atmosphérique et le réchauffement climatique», ajoute M. Hundt.

Vers la commercialisation

MIRO a déjà livré les premiers analyseurs à 10 gaz à des clients scientifiques qui publieront bientôt leurs premières recherches à l’aide des données provenant du projet Lazaero. Les systèmes de MIRO sont accueillis positivement: un des clients de l’entreprise décrit le dispositif comme une étape importante dans le domaine des analyseurs de gaz à laser. Pour préparer l’analyseur pour le marché mondial, l’équipe de MIRO a préparé un plan d’exécution complet pour le développement de la nouvelle technologie, en ce compris la planification, l’organisation, l’analyse des risques et le budget. Ils ont également analysé les marchés cibles, y compris la concurrence, pour préparer une stratégie de marketing solide. Afin de garantir la liberté d’exploitation, une recherche complète des brevets a été réalisée. Plus récemment, MIRO a introduit une demande de financement d’accélérateur auprès du CEI qui, si elle est accordée, sera utilisée pour poursuivre le développement de la technologie de l’analyseur.

Mots‑clés

Lazaero, qualité de l’air, pollution atmosphérique, gaz à effet de serre, changement climatique, réchauffement planétaire, MIRO Analytical Technologies

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application