Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Pour lutter contre la pollution sonore extérieure

Les nuisances sonores liées aux transports sont devenues une source majeure de dégradation de l'environnement. Les zones urbaines et suburbaines proches des autoroutes, des aéroports, des voies ferrées et des grands carrefours routiers sont particulièrement touchées, en raison de leur proximité avec la source sonore. Les avions, par exemple, réduisent fortement la qualité de vie des localités. Actuellement, un projet de recherche est sur le point de développer une solution efficace à ce problème, et la technologie à utiliser est quasiment au point.

Changement climatique et Environnement

Silence Light est le nom attribué à ce projet, dont le but est de faire face à la demande croissante des localités situées à proximité de sources de bruit qui souhaitent une réelle réduction des niveaux sonores élevés auxquels elles sont exposées. Qu'il s'agisse des niveaux sonores ou des bandes de fréquences, ces deux éléments contribuent à rendre la source de bruit contrariante et irritante. Jusqu'à présent, les méthodes auto-adaptatives standard étaient utilisées pour un contrôle performant du bruit. Ces méthodes sont généralement utilisées pour des espaces fermés confinés. Mais le problème considéré concerne les espaces ouverts, les grandes zones résidentielles et les sources mobiles, notamment les avions. La technique proposée par le projet Silent Light est une technique auto-adaptative conçue pour être efficaces dans de telles conditions. Les partenaires du projet, des entreprises et des instituts de recherche universitaires, ont développé une méthode totalement théorique basée sur une idée intuitive, dans laquelle un système de source de mesure peut reproduire une onde identique à l'onde incidente dans une simple représentation d'ondes planes. A partir de la solution théorique, les partenaires du projet sont passés à la construction de telles sources de mesure et du matériel électronique, informatique, électroacoustique et mécanique nécessaire à cette opération. L'effet d'écran est obtenu lorsque les deux ondes, l'onde incidente et l'onde modifiée, ont les mêmes caractéristiques d'espace-temps. Si elles diffèrent ne serait-ce qu'un tout petit peu, les performances sont réduites. Le fonctionnement des systèmes haut-parleurs requis nécessite un débit acoustique qui est le double du débit incident. La construction de deux sources de mesure avec deux systèmes haut-parleurs entraîne une dépendance vis-à-vis de leur configuration, soit sur un écran qui reflète le bruit soit sur écran qui dissipe le bruit. Le programme informatique « OMBRE ECRAN » a également été développé pour simuler les performances de ce type d'écrans. Un prototype grandeur nature a été construit, avec 15 sources de mesure conçues sous la forme de réverbères à 1,2 mètre de distance les uns des autres. Ce prototype a prouvé la faisabilité de la technologie proposée. Des difficultés liées aux unités électroniques ont empêché, jusqu'à présent, une validation en vraie grandeur, mais les problèmes devraient être résolus dans un avenir très proche. Les partenaires du projet recherchent une collaboration avec des autorités locales des zones proches des aéroports européens, pour construire un système pilote d'écran acoustique actif proposant différentes configurations. La technologie utilisée sera également appliquée à d'autres sources de bruit, comme les autoroutes et les voies ferrées.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application