Skip to main content

Reduction of aircraft noise by nacelle treatment and active control

Article Category

Article available in the folowing languages:

Réduction des décibels dans les moteurs d'avion

Les aéronefs en vol génèrent un bruit considérable, surtout lors des approches d'atterrissage et des décollages. C'est ce facteur de bruit qui représente l'un des principaux obstacles à la croissance de l'industrie aéronautique, car les populations sont contre les vols à basse altitude d'avions extrêmement bruyants.

Technologies industrielles

Afin de réduire le bruit généré par les moteurs puissants des avions de ligne à réaction, l'UE s'est penchée, dans le cadre du programme RANNTAC, sur les méthodes de réduction du bruit par la mise en place de mesures de test élaborées, au travers d'une approche à la fois théorique et expérimentale. La réduction du bruit généré par les moteurs à réaction est un problème complexe à bien des égards. Le fait qu'un seul moteur rotatif génère des bruits divers localisés en différents endroits du moteur lui-même en est un exemple et non des moindres. Afin de réduire les niveaux de bruit et ainsi de satisfaire aux normes de réduction du bruit, divers facteurs ont été appréhendés. Les gaz d'échappement comprimés et rejetés à grande vitesse par les turbines constituent l'une des sources de pollution sonore les plus importantes, du fait de leur force de cisaillement dans l'atmosphère. L'étude de conceptions innovantes comme la tuyère d'échappement avec bord d'attaque en dents de scie a donné lieu à une réduction considérable du niveau de bruit. D'autres études ont été menées dans divers domaines comme l'entrée d'air, surtout depuis qu'il s'est avéré que le bruit généré par l'extrémité avant de la soufflante rotative constituait la source de pollution sonore la plus stressante produite par un aéronef. Des recherches ont été conduites sur des absorbeurs actifs et passifs, la forme et la longueur de la structure à réaction, des sphères creuses et divers autres concepts. Toutes ont abouti à des résultats extrêmement positifs qui confirment le potentiel d'un contrôle actif du bruit et sa capacité à réduire considérablement le niveau de décibels à la fois dans les moteurs d'avion et dans les cabines. Etant donné la très grande importance des frais de développement dans l'exploitation des avions de ligne, une partie des études RANNTAC a été consacrée à l'analyse du facteur coût / risque ainsi qu'à l'impact de ces développements supplémentaires en termes de fabrication, de faisabilité du développement et d'intégration de ces technologies de réduction du bruit.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application