Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les fonds spéculatifs, les réseaux sociaux et les risques

Les fonds spéculatifs traitent d'actifs ayant des valeurs atteignant plusieurs milliards d'euros mais restent de nature privée et sont peu documentés. Une étude financée par l'UE a analysé le lien entre les réseaux sociaux, la prise de risque et la performance dans un environnement unique.

Changement climatique et Environnement

Le consortium de recherche a évalué le risque idiosyncratique dans le secteur des fonds spéculatifs en étudiant chaque attribut, les réseaux sociaux et les perceptions des acteurs principaux impliqués. Les chercheurs ont également mené des analyses bibliographiques et des entretiens avec des personnalités importantes du secteur afin de mieux le comprendre. Les entretiens ont eu lieu auprès de banques d'investissements importantes et d'autres institutions, notamment des courtiers de banque, des gestionnaires de fonds spéculatifs, des analystes d'investissement et des régulateurs. Une analyse bibliographique complète a permis aux chercheurs d'obtenir une meilleure vue d'ensemble des relations entre les réseaux, la prise de risque et les performances. Parmi les avantages constatés, citons un meilleur accès aux ressources et aux données, mais l'excès d'informations peut être considéré comme un défaut et affecter la performance des personnes au cœur des réseaux. Un acteur se trouvant au cœur du réseau peut être plus puissant et prendre des risques. Cependant, les acteurs puissants peuvent se montrer réticents à prendre des risques car ils auront plus à perdre. Les résultats du projet SNIR («Social networks and idiosyncratic risk in the hedge funds industry») fourniront des informations intéressantes aux régulateurs nationaux et européens souhaitant réguler davantage les activités des fonds spéculatifs.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application