Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un filet écologique et biologique pour le traitement de la hernie

Les opérations des hernies comptent parmi les opérations chirurgicales les plus fréquentes à l'heure actuelle, pourtant l'implantation de filets (ou treillis) non dégradables (donc permanents) en guise de traitement comportent de nombreux inconvénients. Une biomatrice organique innovante promet une meilleure performance médicale.

Santé

La pose de filet pour le traitement des hernies est une pratique commune dans de nombreux pays. Généralement, un filet polymérique non dégradable est placé sur le site de la protrusion pour servir de support au développement de tissus. Néanmoins, les polymères généralement utilisés sont souvent associés à une forte réaction immunitaire et à une récurrence de la hernie. De plus, les méthodes actuelles emploient des technologies également associées à des risques écologiques. Financé par l'UE, le projet GREEN NANO MESH (Targeting hernia operation using sustainable resources and green nanotechnologies. An integrated pan-European approach) a été lancé pour développer des biodégradables filets pour hernie fibreuse à l'échelle nanométrique et microscopique. Elles promettent de stimuler la réparation fonctionnelle et sans utiliser de processus et de produits chimiques dangereux. Les filets produits étaient composés de matières premières écologiques (comme la polycaprolactone, l'acide polylactique, le collagène bovin de pepsine et le collagène humain recombinant). À l'aide de techniques comme l'électrofilage, la lyophilisation, les technologies supercritiques de CO2, le revêtement au trempé et des méthodes de réticulation écologique, les scientifiques ont produit des prototypes de filets en laboratoire. Ces matrices nano-texturées ont ensuite été fonctionnalisées avec des signaux biophysiques (par ex. la porosité) et biologiques (par ex. les revêtements de collagène). Les chercheurs ont démontré que les filets produits ont des propriétés mécaniques similaires ou même supérieures à celles des filets disponibles à l'heure actuelle. Par ailleurs, leur respect à l'environnement ainsi que leur cytocompatibilité in vitro et in vivo a été vérifié. Les résultats du projet ont conduit à plus de 20 publications dans des revues scientifiques à comité de lecture, quelque 30 documents de conférence et 17 discussions importantes et plénières lors de conférences scientifiques et de rencontres internationales. Les technologies pour la fabrication des matrices nanostructurées et leur fonctionnalisation se trouvent actuellement au quatrième niveau de maturité technologique. L'équipe prépare actuellement des formulaires des divulgations d'invention. Ils prévoient d'obtenir TRL 5-9 en l'espace de quatre ans après l'accomplissement du projet, ouvrant ainsi la voie à des essais cliniques et la commercialisation. La valeur du marché de la nanotechnologie mondial s'élève à des milliards de dollars. La commercialisation réussie devrait stimuler la compétitivité européenne dans le secteur biomédical. Plus de 20 millions d'opérations de correction d'hernie sont réalisées annuellement dans le monde entier et, malgré qu'il s'agisse d'une opération de routine, les complications sont très fréquentes et le taux de récurrence est supérieur à 40 %. Ces nano-filets biologiques respectueux de l'environnement à fonctionnalité améliorée pourraient apporter un soulagement à des millions de patients tout en permettant des économies impressionnantes pour les programmes de soins de santé nationaux.

Mots‑clés

Bio-fondé, respectueux de l'environnement, filet, hernie, poly-epsilon-caprolactone, acide polylactique, collagène, électrofilage, lyophilisation, revêtement au trempé, réticulation, prototype

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application