Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'utilisation de nanoparticules pour mieux protéger les applications industrielles

Des chercheurs utilisent des résultats importants provenant du projet à financement européen PARTICOAT afin que la nanotechnologie mette au point un revêtement à haute température.

Un revêtement polyvalent à haute température innovant, conçu pour protéger les composants industriels contre la chaleur et l'oxydation, est actuellement mis à l'essai sur diverses applications. Le revêtement, qui pourrait profiter à de nombreux secteurs industriels, est le résultat de travaux pionniers menés par le projet PARTICOAT, financé par l'UE. L'utilisation des revêtements à haute température s'est généralisée dans les secteurs de la production d'électricité et de l'aérospatiale, ainsi qu'au niveau des moteurs et des systèmes d'échappement. Ils sont également très utiles dans la construction et dans de nombreuses applications électroniques. Le projet PARTICOAT, financé par l'UE, qui s'est officiellement achevé en 2012, a démontré des avantages potentiels quant à l'utilisation de nanoparticules pour mettre au point un système de revêtement innovant à haute température. Des scientifiques de l'institut Fraunhofer en Allemagne, qui a coordonné le projet PARTICOAT à l'origine, cherchent désormais de nouveaux moyens pour commercialiser leurs résultats. Le projet financé par l'UE, qui a démarré en 2008, est parvenu à développer des particules d'aluminium sphériques à micro-échelle pouvant être déposées par pulvérisation, brossage ou l'application de gel. À une certaine température, ces particules se lient les unes aux autres et à la surface d'un alliage, tout en formant des sphères creuses d'oxyde d'aluminium. Ces sphères creuses sont remplies de gaz, qui est très efficace en termes d'isolation de la chaleur, étant donné que les gaz ne sont pas aussi bons conducteurs de chaleur que les solides. Simultanément, une couche se forme sous la couche de finition et fait office de couche protectrice contre la corrosion. La structure microscopique spécifique du revêtement peut être changée en altérant la taille des particules ou le traitement à une température spécifique, ce qui rend l'innovation attrayante pour une vaste gamme d'applications possibles. Les scientifiques à l'origine du développement ont depuis travaillé sur des façons de fabriquer à moindre coût ce revêtement protecteur, de quelques micromètres d'épaisseur. Le processus a été révisé afin que les couches de revêtement puissent être produites à l'épaisseur requise. Les particules d'aluminium sont mélangées à un agent de liaison liquide visqueux, ce qui produit une substance similaire à la peinture ou au purin. Ce mélange peut être appliqué à un composant métallique. Des essais en laboratoire et sur le terrain ont démontré que le revêtement est non seulement très efficace, mais offre également une réduction de coûts comparé à d'autres revêtements de pointe. Les revêtements PARTICOAT fournissent également une résistance améliorée à l'inflammation, ce qui est d'un intérêt particulier pour l'isolation des conducteurs électriques et dans la construction des bâtiments. Le projet a reçu un financement de 4,8 millions d'euros de l'UE et représente un bon exemple d'investissement européen efficace dans la nanotechnologie, ce qui implique le perfectionnement des matériaux aux échelles atomique, moléculaire et macromoléculaire. Comme l'a démontré le projet, la nanotechnologie offre un meilleur potentiel dans le développement de nouveaux produits, permettant ainsi de stimuler l'industrie et d'accomplir une croissance durable. C'est pourquoi l'UE investit des sommes importantes dans la recherche et le développement, afin de garantir que les bonnes conditions pour la réalisation du potentiel total de la nanotechnologie sont établies. Pour plus d'informations, veuillez consulter: PARTICOAT http://www.particoat.eu/

Pays

Allemagne

Articles connexes