Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Vos vieux dispositifs et appareils sont-ils mauvais pour l'environnement?

Une nouvelle étude montre que nous avons tendance à accumuler davantage d'appareils électriques et électroniques, sans pour autant nous débarrasser des plus anciens, ce qui provoque une augmentation importante de notre impact énergétique.

L'efficacité des ressources implique d'utiliser les produits jusqu'à ce qu'ils rendent l'âme, n'est-ce pas? Mais cela ne serait pas toujours la meilleure approche, selon une nouvelle étude. En effet, continuer d'utiliser vos vieux appareils semblerait nuire à l'environnement. Les vieux appareils utilisent souvent plus d'énergie que les nouveaux modèles; ainsi, ils pourraient consommer inutilement trop d'énergie pour la même fonction que d'autres gadgets et appareils ménagers. La revue Science commente la nouvelle étude, qui impliquait le suivi des coûts environnementaux pour les appareils au cours de leur durée de vie, de l'extraction des minéraux jusqu'au moment où nous cessons de les utiliser. Exécutés par une équipe du Rochester Institute of Technology à New York, ces travaux ont offert un aperçu sur la manière dont la consommation électrique des ménages a évolué depuis le début des années 1990. L'équipe de recherche a développé une nouvelle approche pour quantifier l'impact environnemental net d'une «communauté» de produits interdépendants, dont les appareils électro-ménagers fabriqués, achetés et utilisés entre 1992 et 2007. Se concentrant sur les appareils plus vieux comme les PC et les nouveaux développements comme les tablettes et les écrans plasmas, les chercheurs ont estimé les premières étapes de la vie d'un produit en utilisant la base de données d'analyse du cycle de vie d'entrées-sorties économiques (Economic Input-Output Life Cycle Assessment - EIOLCA). Ils ont ensuite consulté les vieux rapports et enquêtes à l'attention des consommateurs qui décrivaient la propriété et l'utilisation. L'étude a démontré que malgré les améliorations en termes d'efficacité des appareils individuels de 1992 à 2007, l'impact net de la communauté entière de produits a augmenté, en raison de l'étendue de la propriété et de l'utilisation. Selon l'étude Abstract, «l'impact énergétique net de la communauté de produits est considérable et représentait près de 30 % de la consommation en essence moyenne des voitures particulières aux États-Unis en 2007. L'analyse indique une vaste contribution de la part des vieux produits (les télévisions à tubes cathodiques et les PC), en raison des taux de consommation historiquement élevés, bien que les impacts commencent à passer aux appareils mobiles plus petits». L'un des plus gros problèmes, comme l'explique Science, est qu'à mesure que nous accumulons nos produits de consommation, nous avons moins tendance à nous débarrasser de nos vieux gadgets. L'étude montre que la moyenne des gadgets électroniques est passée de quatre par ménage en 1992 à 13 en 2007, principalement parce que nous conservons toujours nos vieux appareils électroniques. L'étude révèle également que nous passons davantage de temps les yeux rivés sur nos appareils électroniques, passant de moins de 700 heures d'utilisation en 1992 à plus de 1 400 heures en 2007. Le magazine Grist reprend également les résultats de l'étude, publiée dans la revue Environmental Science and Technology, et commente que pendant plus de 15 ans entre 1992 et 2007, l'utilisation des postes de TV et des PC a augmenté de 20 et 100 % respectivement, confirmant que non seulement nous accumulons des appareils, mais nous les utilisons plus souvent. Néanmoins, il y a de l'espoir sous la forme de stratégies d'intervention évaluées par l'équipe de recherche. Elle montre que l'impact environnemental peut être réduit par des stratégies comme l'extension de la durée de vie ou l'efficacité énergétique, mais uniquement s'il est appliqué à tous les produits acquis, ou en transformant les tendances de consommation pour une quantité réduite de produits multifonctionnels. Comme l'explique Grist, «de nouveaux produits à plusieurs fonctions comme les tablettes et les ordinateurs portables servant de TV et de lecteurs MP3 pourraient constituer une nouvelle espèce invasive qui perturberaient les écosystèmes actuels de produits, commentent [les chercheurs], ce qui, dans cet environnement, serait une bonne chose». Pour plus d'informations, veuillez consulter: http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/es505121p

Pays

États-Unis