Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une nouvelle protection contre les rayonnements magnétiques pendant les missions spatiales

Un projet de l'UE a offert des solutions technologiques tangibles pour protéger les astronautes des rayonnements cosmiques dangereux.

Suite à la clôture du projet SR2S (Space Radiation Superconducting Shield) en décembre dernier, les scientifiques sont désormais en possession des connaissances et des outils nécessaires pour développer les structures de protection magnétique afin de protéger les astronautes de l'exposition aux rayonnements provoqués par les rayons cosmiques galactiques. Une exposition à long terme renforce grandement le risque de développer certains types de cancer pour les astronautes. Pour évaluer la faisabilité d'un bouclier de protection, le projet s'est concentré sur les supraconducteurs, des matériaux dépourvus de résistance électrique à des températures extrêmement faibles, pour les aider à résoudre l'un des plus grands défis auxquels est confrontée l'équipe, le poids de l'aimant nécessaire. Dans l'espace lointain, l'addition d'un kilo supplémentaire au vaisseau spatial signifie un coût additionnel de 15 000 dollars à la mission complète. À l'heure actuelle, les supraconducteurs ne fonctionnent que dans des conditions de froid extrême, pas plus élevé que zéro. La température de l'espace lointain est l'un des environnements naturels où le déploiement de cette technologie est possible et également très utile. Les chercheurs ont présenté plusieurs structures de protection adaptées à ce défi, plus particulièrement une appelée la structure en «potiron» (pumpkin structure). Il s'agit d'une configuration de protection active très légère et donc adaptée aux missions spatiales de longue durée. La structure fonctionne en réduisant les matériaux en contact avec les particules incidentes, empêchant ainsi la génération de particules secondaires et renforçant ainsi la protection. En adoptant cette conception, le champ magnétique était 3 000 fois plus fort que celui de la Terre et était en mesure de projeter un champ de force de 10 mètres qui dévierait les rayons cosmiques à la surface du vaisseau, protégeant ainsi les astronautes. Plus particulièrement, le diborure de magnésium (MgB2) pourrait être le matériau de choix pour créer le champ de force. L'entreprise italienne Columbus Superconductors, l'un des partenaires du projet SR2S, a utilisé des câbles et des fils de MgB2 de plusieurs manières, des applications médicales aux systèmes de lévitation magnétique pour le transport. Cela a également souligné la seconde découverte selon laquelle la technologie peut également être utilisée sur Terre pour différentes applications, dont les soins de santé et la production d'électricité. Il faudra encore plusieurs années avant que la technologie ne soit pas prête à être déployée pendant les missions spatiales humaines mais des mises à l'essai de la technologie SR2S se poursuivront à court et moyen termes. Le projet a démontré le potentiel évident de la collaboration des chercheurs et de l'industrie européenne dans la poursuite d'une politique spatiale européenne commune. Ainsi, les résultats technologiques prometteurs du projet devraient aider à préparer les astronautes aux missions spatiales longues, qui ne sont pas encore possibles. Pour plus d'informations, veuillez consulter: site web du projet SR2S

Pays

Italie

Articles connexes