Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une enzyme d'origine végétale offre de nouvelles opportunités à l'industrie de l'UE

Un projet financé par l'UE a découvert une nouvelle enzyme qui profiterait à l'industrie européenne des produits chimiques.

L'objectif global du projet KYROBIO était d'élargir le portefeuille de produits chimiques chiraux énantiomères simples usinés en Europe à l'aide de la biotechnologie. Le but était notamment de permettre l'application industrielle des lyases, une classe d'enzymes qui pourrait être appliquée à de nombreux processus et objectifs industriels. Le projet KYROBIO a employé une approche interdisciplinaire, allant du développement enzymatique, de la chimie, de la biologie moléculaire, des techniques de fermentation et d'innovation en matière d'isolation, afin de surmonter les goulets d'étranglements pour appliquer cette nouvelle technologie. Un des importants résultats prometteurs du projet a été la découverte d'une nouvelle enzyme, l'hydroxynitrile lyase (HNL), qui convient bien à l'application industrielle. L'enzyme provient d'un simple pied de fougère de l'espèce Davallia. Les fougères et d'autres plantes, dont les arbres fruitiers et les amandiers, utilisent une enzyme HNL pour libérer le cyanure d'hydrogène afin de protéger leurs jeunes bourgeons des parasites. Le partenaire du projet, le centre australien de recherche de biotechnologie industrielle (ACIB) s'est servi d'un outil informatique mis au point par KYROBIO et a découvert que l'enzyme de la fougère ne présentait aucune similarité au niveau de la séquence avec les HNL précédemment connues. Cela est important car la réaction inverse des enzymes HNL, l'énantiomère, est très utilisée dans l'industrie, étant donné qu'ils peuvent lier le cyanure à différentes molécules pouvant être utilisées dans de nombreuses pratiques industrielles. Sa capacité à recycler des déchets de cyanure indésirables, générés lors de la production d'acrylonitrile, en est l'exemple. L'acrylonitrile est non seulement utilisé dans les adhésifs mais également dans la fabrication du textile, puisque cette matière première est importante pour la production de fibre acrylique. L'industrie obtient également d'importantes composantes pour les agents pharmaceutiques à partir de l'enzyme. Les chercheurs du projet estiment que l'enzyme aura une bonne base pour l'utilisation industrielle. Il semblerait qu'elle est plus efficace et simple à traiter que les précédentes HNL car il s'agit d'une enzyme plus petite et moins compliquée. Certaines des applications, pensent-ils, seront plus adaptées pour inclure la protection des cultures et la production d'insectifuges. ACIB a désormais déposé un brevet et est actuellement en cours de négociations avec un partenaire industriel potentiel pour commercialiser la nouvelle enzyme. Cette étape est significative pour le projet, étant donné que l'un de ses objectifs principaux était que des produits chimiques candidats prometteurs seraient prêts à la commercialisation en l'espace de trois ans après l'achèvement du projet. Bien que le projet KYROBIO soit désormais officiellement à terme, il a contribué grandement à placer l'industrie chimique de l'UE en première d'une fabrication efficace, durable et écologique. Pour plus d'informations, veuillez consulter: site web du projet KYRIOBIO

Pays

Royaume-Uni

Articles connexes