Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Des outils de gestion de crise en ligne pour informer, conseiller et préparer les communautés locales

Le projet POP-ALERT financé par l'UE a développé de nouveaux outils permettant d'informer et d'aider les communautés en cas de catastrophe naturelle ou de situation d'urgence grave.

Lors de sa conférence de clôture organisée à Bruxelles le 15 mars 2016, l'équipe du projet a présenté ses stratégies pratiques et souples visant à préparer les populations aux situations de crises et catastrophes. Les chercheurs ont en particulier étudié le cas de plusieurs populations qui, de par leur situation géographique, politique ou économique, sont susceptibles d'être confrontées à différents types de menaces telles que les glissements de terrain, les incendies ou les catastrophes d'origine anthropique (défaillances techniques ou terrorisme). Les stratégies du projet s'adressent aux populations locales ou non, tels qu'expatriés et touristes, et prennent en compte des facteurs essentiels comme les différences culturelles et la barrière de la langue. Les chercheurs ont ainsi créé un cadre facilitant l'évaluation de la capacité de la population à assimiler et appliquer les différentes stratégies et solutions de gestion de crise mises en place au niveau de l'UE. Une communication efficace pour gérer les crises Pour mettre au point ce cadre, le projet POP-ALERT est parti du principe qu'une bonne communication est essentielle à l'efficacité du processus de gestion de crise efficace. En cas de crise, la circulation des communications entre les acteurs permet d'apporter une réponse rapide et efficace. Dans les systèmes actuels, les autorités et les équipes d'urgence sont averties d'une situation par différentes techniques de surveillance et les appels d'urgence de la population. Le projet s'est aussi attaché à adopter une approche ascendante en faisant jouer un rôle clé aux populations concernées. L'efficacité des autorités locales et nationales et des services d'intervention dépend de la préparation de la population touchée par l'urgence. Les autorités locales et les équipes de secours doivent donc fournir à la population une formation et des informations adaptées. Pour mieux informer les populations locales du comportement à adopter pendant un incident, l'équipe du projet a rédigé des fiches individuelles imprimables à conserver chez soi. Ces fiches traitent de différents dangers allant des catastrophes naturelles aux conditions météorologiques extrêmes et au terrorisme. Le projet dispense également des conseils pratiques sur la façon de préparer un kit de secours, et propose des jeux adaptés à différentes tranches d'âges indiquant aux enfants la conduite à adopter en cas de catastrophe. Tableau de bord POP-ALERT et simulation à Lisbonne L'outil le plus innovant développé par le projet est sans contester le tableau de bord POP-ALERT de préparation et d'alerte de la population. Ce tableau de bord en ligne sera le mécanisme central d'un système unifié permettant d'avertir les citoyens d'un danger, et de leur fournir les informations les plus récentes et les plus pertinentes en cas d'incident grave. L'idée est que, en cas d'urgence, le tableau de bord doit être géré par l'autorité locale responsable de la coordination de l'intervention locale. Le tableau de bord a été mis en application à Lisbonne en février 2016 dans le cadre de la simulation d'une situation d'urgence. Dans ce scénario impliquant 130 personnes de toute l'UE, la capitale du Portugal était frappée par un séisme provoquant l'effondrement de nombreux bâtiments et monuments. Lisbonne a été choisie pour son centre historique fortement peuplé et ses quelque 10 millions de touristes par an, dont la plupart ne parlent pas portugais. La simulation devait tenir compte de la nécessité d'apporter des communications et instructions claires à la population locale, mais aussi de prendre en charge les milliers de touristes impliqués dans cette situation d'urgence. Le tableau de bord inclut une carte interactive de la zone de crise, actualisée régulièrement et indiquant les coordonnées de toutes les autorités locales, telles que la police, les pompiers et la protection civile. Il rassemble et publie en outre les actualités et conseils officiels communiqués par le biais des réseaux sociaux et propose un flux d'informations en temps réel. Bien que la simulation de Lisbonne ait été une réussite, Hara Caracostas, coordinatrice technique du projet, a admis pendant la conférence que le principal inconvénient de la stratégie POP-ALERT était sa dépendance quasi totale vis à vis des outils Internet et la difficulté à traduire rapidement et simultanément en plusieurs langues les informations vitales et les conseils officiels. Prochaines étapes Mme Caracostas a souligné que les programmes d'intervention d'urgence étaient une compétence nationale, mais que l'équipe POP-ALERT espérait voir ses outils et supports adoptés par les États membres de l'UE pour aider les autorités locales à synchroniser leurs efforts pendant une crise. D'un point de vue pratique, l'équipe du projet adressera plusieurs recommandations à la Commission européenne dans l'espoir qu'elle soutienne le développement futur de la plateforme POP-ALERT et décide de l'utiliser au niveau européen. Pour plus d'informations, veuillez consulter: site web du projet POP-ALERT

Pays

Royaume-Uni

Articles connexes