Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Édulcorer le cas des édulcorants artificiels

Les édulcorants artificiels sont‑ils bons pour notre santé ou non? Une initiative de l’UE cherche des réponses décisives.

Santé

Malgré la popularité généralisée des édulcorants artificiels, il existe une controverse de taille concernant leurs bénéfices et leurs risques. Leurs sympathisants les vendent comme une merveilleuse alternative hypocalorique au sucre et une aide utile pour la perte de poids. Leur faible impact sur les taux de glucose est également considéré comme un outil précieux dans la prise en charge du diabète. D’un autre côté, des études ont fait le lien entre certains édulcorants artificiels et certains types de cancer, cardiopathies et autres problèmes de santé. Il a également été dit d’eux qu’ils sont toxiques pour le corps, qu’ils augmentent les envies incontrôlables de sucre et qu’ils entraînent une suralimentation. On ne peut que s’attendre à ce que cela devienne encore plus confus avec la découverte d’autres édulcorants. Nous avons besoin d’avoir une idée plus claire des risques et bénéfices de l’utilisation d’édulcorants comme substituts au sucre et de savoir jusqu’à quel point leur utilisation est saine, sûre et durable. Encouragés par cette idée, un consortium de 29 partenaires provenant de 10 pays d’Europe a lancé le projet SWEET, financé par l’UE. Les graines de ce nouveau projet ont été semées par une enquête initiale sur la façon dont les personnes perçoivent les produits fabriqués en utilisant des édulcorants hypocaloriques. Des bénéfices pour les consommateurs fréquents L’enquête a révélé des opinions divergentes entre les camps des pro et anti édulcorants. Tandis que les personnes qui ne consomment pas d’édulcorants artificiels les considèrent sans surprise comme étant indigestes, les consommateurs fréquents pensent qu’ils sont agréables au goût. Les édulcorants hypocaloriques semblent également jouer un rôle important pour les personnes qui essayent de perdre du poids. «Les consommateurs assidus pensent que les édulcorants hypocaloriques les aident à maîtriser leur appétit», déclare la Dre Charlotte Hardman, chercheuse principale, de l’Université de Liverpool dans un article publié sur le site web «FoodNavigator». «Cela suggère que ces produits satisfont deux objectifs concurrentiels. Avec les régimes, cela paraît souvent comme un compromis. Les personnes qui consomment fréquemment des édulcorants hypocaloriques pensent qu’ils les aident à satisfaire leurs objectifs diététiques tout en étant également bons et agréables. Cela est vraiment important car le plaisir est un facteur décisif dans la consommation de boissons et d’aliments.» Les chercheurs de l’étude ont également trouvé la preuve appuyant le fait que les boissons sucrées hypocaloriques aident à contrôler les envies. Lorsque de telles boissons sont indisponibles, l’apport calorique augmente. Méritent‑ils leur mauvaise réputation? Leur mauvais goût n’est pas la seule raison avancée par les opposants aux édulcorants pour expliquer leur refus de consommer des substituts artificiels au sucre. Leurs critiques portent également sur les risques en matière de santé, qui constituent pour eux une bonne raison de les éviter. Néanmoins, malgré le scepticisme général existant, la Dre Hardman ne croit pas qu’il existe une quelconque preuve convaincante pour soutenir ces avis négatifs. «Les titres peuvent être très trompeurs…», indique‑t‑elle. «Il existe une perception très négative et qui ne se base pas sur des preuves scientifiques…» Durant les cinq prochaines années, le projet SWEET (Sweeteners and sweetness enhancers: Impact on health, obesity, safety and sustainability) examinera les risques et bénéfices liés à la consommation d’édulcorants. De plus, ce projet identifiera et abordera la question des obstacles et facilitateurs existants pour l’utilisation d’édulcorants et d’exhausteurs sucrés. Pour plus d’informations, veuillez consulter: page web de CORDIS

Pays

Royaume-Uni

Articles connexes