Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Que faire contre les pertes de céréales? Un ensemble d’outils intelligent pour protéger la chaîne alimentaire

Une initiative de l’UE a fait des progrès significatifs dans la lutte contre les substances toxiques qui contaminent les cultures.

Alimentation et Ressources naturelles

Les mycotoxines, composés toxiques produits par différents types de champignons, restent une préoccupation majeure à l’échelle mondiale. Les moisissures susceptibles de produire des mycotoxines se développent sur divers aliments, tels que les céréales, les fruits secs, les noix et les épices, souvent dans des conditions chaudes et humides. Elles représentent une menace pour la santé humaine et animale et entraînent chaque année des pertes agricoles et industrielles considérables. Les effets indésirables de ces substances d’origine alimentaire vont de l’intoxication aiguë à l’immunodéficience, en passant par le cancer. Des stratégies d’atténuation efficaces contre les mycotoxines s’avèrent essentielles pour la sécurité et la sûreté des denrées alimentaires destinées aux hommes et aux animaux, ainsi que pour une économie durable. Le projet MyToolBox, financé par l’UE, cherche précisément à atteindre cet objectif, susceptible de permettre l’économie de dizaines de millions d’euros chaque année en réduisant les pertes des récoltes et l’exposition alimentaire aux mycotoxines. Un article de presse dresse un résumé des principales réalisations du projet depuis son lancement en 2016: «Une réduction massive de la teneur en mycotoxines dans les DDS [drêches de distillerie avec solubles], des indications fournies par des capteurs sur la contamination des grains par les toxines dans les silos ainsi qu’un biocontrôle considérablement amélioré du développement de l’aflatoxine sur le terrain.» Une alternative pour utiliser les cultures contaminées Dans une vidéo publiée dans le même article, le professeur Rudolf Krska, coordinateur du projet, explique que l’équipe MyToolBox suit une approche qui va du champ à l’assiette. «Mais, au-delà de cette approche, nous envisageons aussi d’autres façons d’utiliser, sans risque, les lots contaminés», ajoute-t-il. Le professeur Krska fait également remarquer que, grâce à sa collaboration avec le partenaire du projet BIOMIN Holding GmbH, l’équipe a été en mesure de réduire le nombre élevé de mycotoxines dans la production de biocarburants et de sous-produits de fermentation, comme les DDS utilisés dans l’alimentation du bétail. L’article souligne que «parmi les sous-produits de la production de bioéthanol, les DDS représentent un ingrédient précieux pour l’alimentation animale, en particulier comme substitut à des aliments protéiques onéreux, à un prix compétitif pour l’industrie et les agriculteurs». Grâce à des DDS de qualité supérieure, exempts de mycotoxines, les revenus de l’industrie du bioéthanol sont susceptibles d’augmenter. Selon le professeur Krska, les éleveurs pourraient constater une amélioration de la santé des animaux et de leur rendement. Des alertes précoces Au niveau de la gestion des silos, les partenaires du projet ont élaboré des capteurs mesurant la température, l’humidité et le CO2 qui pourraient être utilisés — conjointement avec des modèles développés par l’Université de Cranfield — pour prévoir les infections par les champignons dans les silos à grains. Cela pourrait fournir aux «gestionnaires de silo un système d’alerte précoce en ce qui concerne les niveaux potentiellement élevés de mycotoxines», ajoute l’article. Le projet en cours MyToolBox (Safe Food and Feed through an Integrated ToolBox for Mycotoxin Management) a été mis en place dans le but de développer des mesures avant et après récolte visant à réduire la contamination par les mycotoxines tout au long de la chaîne alimentaire et fourragère, sur une plateforme en ligne. Il se concentre sur les céréales à petits grains, le maïs, les cacahuètes et les figues séchées, qui sont tous concernés par les conditions agricoles rencontrées dans l’UE et en Chine. Un fascicule disponible sur le site web du projet indique qu’au départ «l’outil est développé dans le but de donner des conseils à l’exploitant avant la récolte, et qu’il sera peu à peu étoffé afin de fournir des conseils interactifs sur le stockage des céréales, puis des recommandations sur les nouvelles techniques de mouture visant à minimiser le transfert des mycotoxines vers les denrées alimentaires destinées à l’homme». Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet MyToolBox

Pays

Autriche

Articles connexes