Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

CORDIS au forum européen de la robotique 2019: Les robots feront l’avenir de l’industrie européenne

Dans notre dernier article portant sur notre voyage à Bucarest, en Roumanie, à l’occasion du forum européen de la robotique qui s’est tenu du 20 au 22 mars, nous nous sommes intéressés à quelques robots présentés au cours de l’exposition qui pourraient apporter un avantage concurrentiel novateur aux processus industriels européens.

Économie numérique

Notre deuxième article décrivait en détail quelques-uns des fabuleux robots découverts au forum européen de la robotique qui devraient bouleverser le secteur des soins de santé. Tournons-nous maintenant vers l’autre secteur majeur qui devrait bénéficier pleinement de tous les effets de la révolution robotique en cours: l’industrie. L’automatisation de l’industrie n’est pas un phénomène nouveau, il s’agit d’une tendance générale au moins depuis les années 1990; toutefois, alors que la troisième décennie du vingt-et-unième siècle approche, il semble que désormais les robots soient à même de dominer la prochaine vague d’automatisation industrielle. À l’évidence, cela ne va pas sans provoquer de fortes craintes quant aux conséquences à grande échelle de cette évolution sur l’emploi dans le secteur manufacturier. Cependant, comme l’a souligné Lucilla Sioli, directrice du département «Intelligence artificielle et industrie numérique» de la DG CONNECT, au cours de la cérémonie d’ouverture: il n’existe aucune preuve tangible qu’une augmentation du recours aux robots aurait un impact négatif sur l’emploi. Plusieurs délégués du forum que nous avons interrogés insistent sur ce point, l’idée étant que, dans l’industrie, les robots ne remplaceront pas les êtres humains, mais plutôt qu’ils travailleront ensemble plus efficacement aux fins d’améliorer les processus industriels existants et de permettre le développement de nouveaux processus innovants, qui profiteront à l’ensemble de la société. La «star» incontestée de l’exposition était le robot REEM-C de PAL Robotics qui, pour la circonstance, avait très élégamment vêtu le costume roumain traditionnel. Fondée à l’origine à Barcelone en 2004, PAL Robotics est une société spécialisée en robots de service (comme son stockbot qui aide à compter et à suivre les stocks des entrepôts) et en robots humanoïdes, comme REEM-C, et son frère TALOS un peu plus avancé d’un point de vue technologique. REEM-C est actuellement mis à contribution dans le cadre de deux projets financés par l’UE, socSMCs et EUROBENCH, tandis que TALOS participe au projet MEMMO. TALOS est capable de soulever six kilos et fait l’objet de tests en cours dans une usine Airbus dont l’objectif est de le doter d’une «base de données de mémoires» qui lui permettra de réagir en temps réel à des situations dans un contexte industriel, et ce aux fins de garantir que le robot et les humains qui travaillent avec lui soient en sécurité et aptes à collaborer de manière efficace. Ces deux robots se caractérisent par leur aptitude à «sentir» grâce à des capteurs avancés répartis en divers points de leur corps. REEM-C est sans conteste un précurseur, il est équipé de moins de capteurs que TALOS et sera utilisé dans le cadre d’EUROBENCH, projet dont l’objectif est de référencer les robots humanoïdes afin qu’ils «pénètrent dans le monde réel» de manière sure et intelligente, y compris dans un contexte industriel. La sensibilité robotisée a également été mise à l’honneur par Kuka Robotics, société qui s’est spécialisée avant tout dans les robots industriels. Kuka a participé au projet COLROBOT qui a pris fin en janvier et a été présenté dans notre dossier spécial sur la robotique dans le dernier numéro du magazine Research*eu. Ce projet a consacré trois ans à concevoir et mettre en œuvre un système robotisé collaboratif intégré. Leur technologie consiste en un manipulateur mobile qui agit comme une «troisième main» pour les ouvriers des lignes de production: il peut se déplacer de manière autonome dans l’usine à la recherche de pièces ou d’outils, les livrer ou les maintenir pendant que l’opérateur exécute une autre tâche. En effet, au cours de l’exposition elle-même, PAL Robotics, Kuka, et de nombreuses autres sociétés à la pointe de l’innovation robotique, ont définitivement prouvé que la prochaine révolution industrielle sera largement dépendante de ces robots sensibles et autonomes capables de collaborer avec les travailleurs humains qui les entourent, facilement et en toute sécurité.

Pays

Roumanie