Skip to main content

Induced pluripotent stem cells in rabbit, pig

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des modèles de cellules souches de mammifère

La recherche sur les cellules souches offre un réel espoir pour le traitement de maladies et de blessures graves à l'avenir. Des protocoles pour une meilleure différenciation des cellules souches pourraient conduire à des solutions de remplacement pour utiliser des animaux vivants dans la mise à l'essai de médicaments, la modélisation de la maladie et la recherche sur la médecine régénérative.

Santé

Les cellules souches présentent un potentiel remarquable quant au développement de différents types de cellules dans le corps au début de leur vie et au cours de la croissance. Jusqu'à récemment, les scientifiques ont travaillé avec deux sortes de cellules souches: les cellules souches embryonnaires et un tissu non-embryonnaire spécifique ou des cellules souches adultes. Plus utiles pour la recherche, les cellules souches pluripotentes induites (CSPi) sont des cellules adultes qui ont été génétiquement reprogrammées à un état à type de cellule souche embryonnaire (CSE) par des facteurs définissant les propriétés des cellules souches embryonnaires. Le programme ANISTEM («Induced pluripotent stem cells in rabbit, pig»), financé par l'UE, a créé un programme de formation de recherche de cellules souches. Le programme permettra un partenariat à long terme entre les participants industriels et universitaires. Les partenaires industriels hongrois et les universités néerlandaise et hongroise collaborent dans le domaine de la recherche sur les cellules souches dans deux mammifères (lapin et cochon). L'objectif d'ANISTEM est la génération et la caractérisation des CSPi dans ces animaux et l'étude de leur différenciation vers une lignée cardiaque. Les chercheurs ont identifié et isolé cinq marqueurs de pluripotence chez les lapins (OCT4, SOX2, KLF4, cMYC et NANOG) et ont généré avec succès deux lignées de CSPi de lapins. Ils les ont caractérisées pour le schéma d'expression du marqueur et vérifié leur capacité à se différencier in vitro par rapport aux lignées de couches à trois germes. Les CSPi porcines acquises ont été cultivées dans diverses conditions. L'ARN provenant de ces cellules a été isolé et l'expression génique des gènes de pluripotence (OCT4, NANOG, SOX2) sont actuellement en cours d'évaluation. Les chercheurs ont également étudié les cellules oocytes porcines, appelées cellules Cumulus, en tant que source pour les CSPi de façon non-transgénique. Ils les ont cultivées pendant 12 jours en présence de facteurs spécifiques. Les cellules ont été analysées en colorant l'activité phosphatase alkaline et la réaction en chaîne de polymérase transcriptase inverse quantitative (qRT-PCR) afin d'examiner l'expression des gènes qui sont marqueurs de pluripotence ou de différenciation. Les résultats du projet ont été présentés lors de nombreuses rencontres et dans 12 documents publiés dans des revues scientifiques. L'impact principal du projet se trouve en l'intégration des efforts dans la biologie des cellules souches, les modèles biomédicaux et la thérapie cellulaire entre l'industrie et l'université pour une collaboration à long terme.

Mots‑clés

Cellules souches, cellules souches mammaires, test médicaments, CSPi, marqueurs de différenciation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application