Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Combattre le racisme sur Internet grâce à la coopération

Selon Vitorino António, Commissaire chargé de la Justice et des Affaires intérieures, il faut prendre des mesures juridiques contre la cybercriminalité et ce à un niveau international, car Internet dépasse les frontières nationales. Le Commissaire a déclaré aux représentants, ...

Selon Vitorino António, Commissaire chargé de la Justice et des Affaires intérieures, il faut prendre des mesures juridiques contre la cybercriminalité et ce à un niveau international, car Internet dépasse les frontières nationales. Le Commissaire a déclaré aux représentants, lors de la conférence intitulée "The Internet and the changing face of hate" (Internet et le nouveau visage de la haine"), que beaucoup d'organisations internationales prennent au sérieux la menace mondiale que représente la criminalité électronique, comme cela a été le cas pour l'Euro 2000, où il semblerait que le Web et le courrier électronique aient été utilisés par les hooligans pour mobiliser leurs forces et inciter à la violence. "La lutte contre le racisme et la xénophobie - formes extrêmes du rejet de la différence - est un motif de préoccupation important pour la communauté internationale et un défi pour notre société", a-t-il déclaré. En raison du caractère international d'Internet, il s'agit là d'un problème que les Etats Membres doivent aborder ensemble. "Les actions juridiques contre les activités dangereuses ou illégales doivent être menées surtout et avant tout par les différents Etats à titre individuel", a déclaré M.Vitorino. "Toutefois, en raison de la nature d'Internet, la marge de manoeuvre de chaque Etat est sérieusement limitée. "Internet est un phénomène international dans tous les sens du terme et une réaction efficace ne peut que s'appuyer sur une coopération à l'échelle internationale." Nous avons déjà entrepris une action au niveau international, a expliqué le Commissaire. En 1997, les pays du G8 ont adopté un plan d'action en 10 points visant à lutter contre la criminalité liée aux high-tech, auquel la Commission participe. Le Conseil et le Parlement européens ont adopté en 1999 un plan d'action pour un Internet plus sûr grâce à la lutte contre le contenu illégal ou préjudiciable sur les réseaux mondiaux. Ce plan d'action prévoit une aide financière pour différentes initiatives communautaires visant à résoudre le problème des contenus "indésirables" sur Internet. Un plan budgétaire a déjà été mis en place jusqu'à l'année 2002, sous la direction de la Commission européenne. M. Vitorino a promis que la Commission préparerait cette année les grandes lignes d'une politique globale de lutte contre la pornographie enfantine, le racisme et la xénophobie sur Internet, en s'appuyant sur des principes de reconnaissance mutuelle, en dispensant une formation au personnel chargé de l'application des lois, en établissant des liens entre les fournisseurs de services Internet et les opérateurs de télécommunications et en ayant recours à la police scientifique pour effectuer des recherches sur les ordinateurs et analyser les données. "Il est indispensable d'instaurer une coopération étroite entre les services chargés de faire respecter la loi, les fournisseurs de services Internet, les opérateurs de télécommunications et les autorités responsables de la protection des données si l'on veut combattre efficacement la cybercriminalité", a-t-il déclaré. "Nous connaissons d'excellents exemples de coopération à l'échelle nationale, mais il y a certainement moyen d'améliorer encore la coopération à l'échelle européenne afin de trouver des solutions équilibrées aux problèmes politiques et techniques complexes qui se posent dans ce domaine."