Skip to main content

Durable disease resistance in wheat: similar molecular defense mechanisms against adapted and non-adapted pathogens?

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les gènes de la résistance aux moisissures chez le blé

Des chercheurs ont amélioré la compréhension du fonctionnement des gènes du blé importants dans la résistance aux moisissures.

Changement climatique et Environnement

Dans le monde entier, les maladies fongiques sont parmi les principaux problèmes de la culture de céréales, notamment pour le blé. On sait que le gène Lr34 confère une résistance durable à plusieurs maladies fongiques courantes, mais sa fonction exacte échappe aux analyses. Le projet DURES, financé par l'UE, a étudié la fonction et l'évolution de ce gène, afin de mieux comprendre son influence sur la résistance aux moisissures et autres champignons. Les chercheurs ont découvert que Lr34 encode une protéine de transport. La substance inconnue exportée par Lr34 affecterait le développement des maladies. L'un des résultats clés a été que l'évolution de Lr34 chez le blé a commencé relativement récemment, il y a 8 000 ans, probablement dans les champs des premiers agriculteurs. Autre point intéressant, l'insertion du gène Lr34 chez l'orge lui confère une résistance à des maladies fongiques spécifiques à cette graminée. les travaux de DURES ont notablement élargi les connaissances sur les maladies des céréales. Et le point probablement le plus important, c'est que Lr34 pourrait être un outil de biotechnologie pour lutter contre les maladies fongiques chez les céréales.

Mots‑clés

Résistance aux champignons, gène, blé, maladie fongique, production de céréales, Lr34, évolution, résistance fongique, protéines, orge, maladies des céréales, outil de biotechnologie, culture de céréales

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application