Skip to main content
European Commission logo print header

Search for novel molecules cross-talking between muscle and cancer<br/>with therapeutic potential against cachexia and cancer

Article Category

Article available in the following languages:

La diaphonie entre le muscle et le cancer

La plupart des patients du cancer souffrent d'une importante perte musculaire, une condition appelée cachexie. Comprendre l'interaction entre le cancer et la tonicité musculaire permettrait d'améliorer l'état du patient.

Santé icon Santé

Dans certains décès liés au cancer, l'insuffisance respiratoire est provoquée par une perte de masse du muscle du diaphragme. Par ailleurs, l'absence d'exercice (état alité) et l'état inflammatoire de la cachexie pourraient être responsables d'un catabolisme accru des protéines musculaires qui alimente la croissance du cancer. Des médicaments inhibant ce cercle vicieux entre le muscle et le cancer pourraient améliorer l'état corporel global des patients atteints de cancer et améliorer leur état clinique. Financé par l'UE, le projet MUSCLEANDCANCER (Search for novel molecules cross-talking between muscle and cancer with therapeutic potential against cachexia and cancer) a souhaité se pencher sur le mécanisme de la perte musculaire létale dans le cancer. Par ailleurs, les chercheurs ont souhaité comprendre l'implication potentielle d'hormones spécifiques ou de molécules sécrétées par le muscle présentes dans la circulation de patients atteints de cancer. Les chercheurs ont mis en place divers modèles cachectiques in vivo de cancer, dont l'adénocarcinome du côlon et le carcinome pulmonaire de Lewis, et effectué une analyse d'expression génique des muscles atrophiés. Par ailleurs, ils ont utilisé des technologies d'imagerie sophistiquées pour définir le phénotype de ces animaux porteurs du cancer. L'analyse a conduit à l'identification d'un sous-ensemble de gènes dont l'expression était sous-régulée dans les muscles cachectiques de rongeurs porteurs de cancer, mais pas chez ceux souffrant de diabète ou d'urémie. Trois de ces gènes (SDF1, PAK1 et ADCY7) appartenaient à la voie CXCR4 et leur expression aberrante a été confirmée chez les patients atteints de cancer. La pertinence clinique de cette voie a été démontrée plus avant lorsque l'utilisation de médicaments anti-cachectiques a rétabli l'expression de ces gènes. Par ailleurs, la surexpression expérimentale de SDF1 et CXCR4 dans le muscle a considérablement réduit la perte musculaire. Ensemble, les résultats de l'étude soutiennent l'idée selon laquelle l'activation de la voie CXCR4 dans le muscle supprime l'atrophie néfaste associée au cancer. Des interventions visant à restaurer cet axe moléculaire devraient limiter la perte musculaire chez les patients atteints du cancer.

Mots‑clés

Muscle, cancer, cachexie, MUSCLEANDCANCER, SDF1, CXCR4

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application