Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le Parlement souhaite limiter le rôle de l'Autorité alimentaire européenne

Le Parlement européen a présenté des amendements à la proposition de la Commission européenne relative à la mise sur pied d'une Autorité alimentaire européenne (AAE) visant à limiter les missions de cette organisation. L'Autorité alimentaire, telle que la Commission la conçoi...

Le Parlement européen a présenté des amendements à la proposition de la Commission européenne relative à la mise sur pied d'une Autorité alimentaire européenne (AAE) visant à limiter les missions de cette organisation. L'Autorité alimentaire, telle que la Commission la conçoit dans sa proposition, devrait être un organisme indépendant doté de la personnalité juridique, possédant un budget propre, un directeur ainsi qu'un comité de gestion. Selon le projet de la Commission, l'AAE devrait être chargée de toutes les questions scientifiques ayant des répercussions directes ou indirectes sur la sécurité alimentaire à tous les stades de la production et de la distribution, qu'il s'agisse de la production de départ, de la sécurité des aliments destinés aux animaux, des pesticides ou des OGM, et de la distribution des produits alimentaires aux consommateurs. Toutefois, un rapport du MPE britannique Phillip Whitehead défend une vision plus restrictive et propose des amendements visant à limiter le rôle de l'Autorité dans le domaine de la santé et du bien-être des animaux et dans le cadre de problèmes tels que la santé des plantes et les OGM. D'après le Commissaire en charge de la Santé et de la Protection des consommateurs, David Byrne, sur les quelque 200 amendements présentés dans le rapport Whitehead, la Commission est prête à en accepter, en totalité ou en partie, plus de la moitié. Il a cependant souligné que la Commission ne peut adopter les amendements limitant le champ d'activité de l'Autorité. La Commission estime que les missions de l'Autorité doivent être élargies afin de remédier à la faiblesse observée dans le passé, comme l'impossibilité de d'identifier rapidement les problèmes de santé des animaux susceptibles de mettre en danger la santé humaine tels que l'ESB. Le Commissaire Byrne a néanmoins déclaré que la Commission pourrait accepter, dans leur totalité ou en partie, les dispositions visant à accroître la transparence du mode de fonctionnement de l'AAE. Les amendements très précis de nature à affecter le caractère "horizontal" du texte présenté, qui, a-t-il ajouté, font l'objet de propositions particulières déjà transmises ou à transmettre suite à la publication du livre blanc sur la sécurité alimentaire, ne pourront être approuvés par la Commission.

Articles connexes