Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Dernier avis du groupe de monitoring du programme-cadre

Un travail intéressant, consistant à gérer un programme gigantesque et compliqué, mais avec une marge de manoeuvre suffisante pour améliorer la coordination, et à s'assurer que le programme-cadre ne s'écarte pas de ses priorités, notamment pour ce qui est de l'Espace européen ...

Un travail intéressant, consistant à gérer un programme gigantesque et compliqué, mais avec une marge de manoeuvre suffisante pour améliorer la coordination, et à s'assurer que le programme-cadre ne s'écarte pas de ses priorités, notamment pour ce qui est de l'Espace européen de la Recherche (EER). Voilà en quelques mots les conclusions du rapport établi par le groupe de monitoring du programme-cadre pour 2000 et présenté fin mai au Directeur général de la DG Recherche. Reconnaissant l'importante réorganisation au sein de la DG Recherche, le rapport indique que, dans ces conditions, des progrès remarquables ont été réalisés. Il félicite également toutes les parties prenantes au programme-cadre pour avoir intégré les recommandations formulées en 2000 par le groupe de monitoring. Tout en rendant hommage aux responsables, aux fonctionnaires scientifiques et au personnel d'appoint pour leur travail sur un programme qu'il qualifie de "complexe et de grande ampleur", le groupe rappelle que certains domaines sont encore source de préoccupations. En conclusion, le groupe estime que le programme-cadre peut permettre de mettre en oeuvre de façon plus dynamique l'Espace européen de la Recherche (EER). La prochaine série d'appels à propositions pourrait "renforcer les orientations de l'EER", ont déclaré les experts. De plus, les programmes doivent préciser clairement dans quelle mesure ils contribuent à l'EER. Dans le cadre des orientations de l'EER, le Centre commun de recherche (CCR) verrait son rôle et sa visibilité accrus et serait amené à collaborer étroitement avec les différentes DG. La politique de l'EER devrait également conduire à une politique internationale (autrement dit hors de l'UE) plus affirmée dont la coordination serait assurée, d'après le rapport, par une direction spécifique. Il faudrait également qu'un groupe consultatif d'experts soit chargé de se prononcer sur les priorités et les besoins. Toujours selon le rapport, la formation et la mobilité, le regroupement et la cartographie de l'excellence sont trois autres domaines auxquels il faut prêter attention. La formation et la mobilité doivent demeurer prioritaires pour le programme-cadre actuel (5ème PCRD) tout comme pour le suivant (6ème PCRD). Il convient d'encourager le regroupement par le biais des appels à propositions, éventuellement grâce à une intégration des appels concernant uniquement les projets groupés. La cartographie de l'excellence est une initiative bienvenue qui devrait faire l'objet d'un suivi grâce à d'autres programmes de la Commission impliquant la communauté scientifique. Le rapport appelle également à une plus grande coordination dans les actions destinées à soutenir les PME (petites et moyennes entreprises). Il recommande d'améliorer l'efficacité du groupe chargé de la coordination des différentes cellules d'innovation afin que les meilleures pratiques puissent être transférées d'un programme à l'autre. Autre recommandation: plus de cohérence entre les DG s'occupant de ces thèmes. Une meilleure coopération entre les organismes au service des PME tels que les Centres relais innovation et les points de contact nationaux est également nécessaire. Le rapport a notamment signalé un domaine où plus de coordination s'imposait. Il s'agit des programmes européens de recherche dans le secteur de l'énergie. Dans ce secteur, "il faudrait plus de coordination au niveau de la gestion", affirment les experts. Par ailleurs, ils suggèrent de mener une campagne de promotion pour le nouveau brevet communautaire de l'UE qui devrait être prêt fin 2001. Outre les recommandations sur des objectifs stratégiques, ce rapport aborde un certain nombre de points concernant le côté opérationnel du programme-cadre. Les commentaires comportent deux volets: la structure et l'organisation des programmes-cadres d'une part et les procédures et outils de gestion de l'autre. Dans la première section, le groupe demande plus de formation, un rôle mieux défini pour les responsables de projet, de meilleures méthodes de gestion et davantage de délégation. Il propose aussi d'analyser la productivité des outils de gestion et du plan d'implémentation technologique. Enfin, le rapport du groupe se penche sur la nécessité de permettre aux proposants d'avoir accès à l'information grâce à des mises à jour régulières, une assistance adéquate et une bonne communication. Il souhaiterait également que, pour le prochain programme-cadre, soit mis en place un système d'information dernier cri. Finalement, les experts appellent à une évaluation des causes d'engorgement lors de la signature des contrats et à des délais plus courts.