Skip to main content

Development of antibiofilm coatings for implants

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des revêtements d'implants antibactériens

Des solutions innovantes sont requises d'urgence pour prévenir les infections bactériennes dans les implants médicaux. Les scientifiques européens travaillent sur des revêtements innovants à activité antibactérienne.

Santé

Certains micro-organismes sont capables de se développer en couches, formant ainsi des biofilms sur certaines surfaces. Les infections associées aux biofilms sont responsables de 15-25 % des échecs de greffe qui sont dus à la résistance aux antibiotiques des biofilms. Afin d'améliorer l'intégration des implants osseux, des matériaux poreux innovants ont servi de matrices qui, de façon ironique, représentent une niche idéale pour la croissance bactérienne. Jusqu'à présent, des revêtements d'implant à propriétés biocides ont été générés, libérant des ions d'argent ou des antibiotiques conventionnels pour empêcher la formation de biofilm. Financée par l'UE, l'initiative COATIM (Development of antibiofilm coatings for implants) vise à développer la prochaine génération de revêtements d'implants contenant des molécules anti-biofilm (MAB) exclusives puissantes innovantes. Cinq molécules apparemment les plus prometteuses en termes d'inhibition de la croissance bactérienne et fongique sur les implants médicaux ont été sélectionnées sur la base de travaux antécédents menés par les membres du consortium. Lors de COATIM, les MAB sélectionnées ont été greffées ou déposées sur de petits substrats d'implants en titane et leur activité antimicrobienne a été évaluée in vitro et in vivo, parallèlement à leur capacité d'osséo-intégration. Les chercheurs évaluent également le profil de toxicité de la MAB et son activité résiduelle suite aux procédures de stérilisation. Enfin, le revêtement de MAB sera appliqué à des implants orthopédiques et dentaires et mis à l'essai dans un modèle de colonisation murin de biofilm. Il est urgent de résoudre les infections liées aux biofilms afin de réduire la nécessité de chirurgie de reprise. Outre les coûts médicaux plus élevés, ces infections sont sources de douleur et de détresse considérables pour les patients. Les résultats de l'étude devraient permettre d'éviter ou de réduire cette souffrance inutile.

Mots‑clés

Antibactérien, revêtements, implant médical, biofilm, molécules anti-biofilm

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application