Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Viviane Reding affirme que les écoles doivent donner une image positive de la science

Lors de la conférence "Une Europe élargie pour les chercheurs" qui se tenait à Bruxelles ce 28 juin, Mme Viviane Reding, Membre de la Commission européenne responsable de l'Education et de la Culture, a mis en avant le rôle des institutions scolaires dans la formation de cherc...

Lors de la conférence "Une Europe élargie pour les chercheurs" qui se tenait à Bruxelles ce 28 juin, Mme Viviane Reding, Membre de la Commission européenne responsable de l'Education et de la Culture, a mis en avant le rôle des institutions scolaires dans la formation de chercheurs de grande qualité. Mme Reding affirme que la création d'une culture scientifique de grande qualité est une des tâches de la Communauté. "Pour cela, j'ai la conviction qu'un enseignement scientifique et technologique dispensé à nos enfants dès leur plus jeune âge est essentiel", explique-t-elle. "Si nos universités sont la vraie charnière entre le système éducatif et le monde du travail, c'est à l'école que les jeunes forment l'image - positive ou négative qu'ils auront de la science, avec une influence directe sur leur décision de suivre ou non une carrière scientifique," poursuit-elle. La Commissaire a également applaudit l'action Erasmus du programme Socrates, financée par la Commission européenne. L'action célébrera bientôt le millionième étudiant Erasmus depuis son lancement en 1987. Elle a cependant attiré l'attention sur le fait que le ratio "outgoing/incoming" entre les pays candidats et les Etats membres reste disproportionné (variant de 1:10 à 1:4), alors que le haut niveau scientifique des universités des pays candidats justifierait tout à fait un plus grand équilibre dans les flux d'étudiants. La Commissaire Reding a recommandé aux pays candidats d'encourager les femmes à poursuivre de plus longues études et à entamer des carrières scientifiques. En Bulgarie, en Roumanie et en Estonie, la proportion de femmes diplômées en mathématiques ou en informatique est plus élevée que celle des hommes. Le développement de la mobilité entre les universités de l'UE et celles des pays candidats sur base de la qualité est un élément concret de pré-adhésion, avec beaucoup d'avantages réciproques pour tous, affirme la Commissaire. Elle a fait allusion à la récente conférence de Prague, où 32 ministres européens en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche se sont entendus sur la création d'un véritable Espace européen de l'enseignement supérieur d'ici 2010. Des questions telles que la reconnaissance des qualifications, le système de crédits, l'évaluation de la qualité, la mobilité, l'élargissement et l'éducation et la formation tout au long de la vie seront examinées en vue de la prochaine conférence en 2003 à Berlin, a précisé Mme Reding.