Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Deuxième étape de l'analyse comparative de la R&D européenne

Après la publication par la Commission européenne des premiers chiffres de son étude comparative sur la recherche et le développement en Europe (R&D), l'attention se tourne maintenant vers la prochaine étape de l'analyse. Dans un document de travail, la Commission affirme que...

Après la publication par la Commission européenne des premiers chiffres de son étude comparative sur la recherche et le développement en Europe (R&D), l'attention se tourne maintenant vers la prochaine étape de l'analyse. Dans un document de travail, la Commission affirme que "l'objectif ultime de la comparaison des politiques de recherche n'est pas seulement de produire des indicateurs pour identifier les meilleures pratiques. L'étude comparative n'implique pas non plus le transfert des pratiques directement d'une situation nationale vers une autre. [...] Les leçons tirées de l'identification de ces bonnes pratiques peuvent être appliquées à l'amélioration du processus de mise en oeuvre de la politique", indique le document. Quatre domaines de politique ont été comparés à ce jour, sur la base de cinq indicateurs par thème. Jusqu'ici, seuls des indicateurs quantitatifs ont été utilisés, mais les groupes d'experts responsables de la compilation des données ont commencé à identifier les aspects qualitatifs pertinents à prendre en compte pour comparer des politiques de recherche nationales. Le groupe d'experts qui étudie les ressources humaines dans la recherche et le développement technologique (RDT) a confirmé son intention d'explorer les domaines suivants lors de la prochaine étape de son travail: - l'attrait des professions scientifiques, - endiguer "la fuite des cerveaux", - la mobilité, - la discrimination sociale, - le rôle des secteurs public et privé, - l'éducation et la formation. En ce qui concerne les investissements publics et privés en RDT, le groupe d'experts a examiné jusqu'ici les motivations et les limites des opérateurs publics et privés investissant dans la RDT. Afin de voir comment il est possible d'augmenter l'investissement public et privé dans la science et la technologie, d'utiliser plus efficacement les ressources disponibles et de comprendre le comportement des principaux acteurs, le groupe a l'intention de faire une analyse approfondie: - du rôle des politiques publiques, - de l'impact des changements institutionnels, - de la mondialisation. Le groupe d'experts conduisant l'étude comparative sur la productivité scientifique et technologique a l'intention de se concentrer plus particulièrement sur: - le rôle des instruments d'encouragement, - l'état de la répartition et de l'organisation des ressources, - la structure sociale et productive des activités scientifiques et technologiques. Les travaux du groupe d'experts chargé d'étudier l'impact de la RDT sur la compétitivité ont soulevé un certain nombre de questions qu'il abordera dans la prochaine étape de son travail. Il s'agit de: - l'impact de l'évolution technologique, - le caractère intégré de l'environnement de l'innovation, - la compréhension de nouveaux domaines de l'activité économique. Les pays candidats à l'adhésion, ainsi que les pays ayant un accord d'association avec le 5ème programme-cadre participeront pleinement à l'exercice de comparaison lorsque le projet sera renouvelé, ce qui devrait se faire en juillet 2002.