Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La présidente du Parlement plaide pour une prudence universelle en biotechnologie

Prenant la parole lors du congrès international "Santé pour tous dans le monde: progrès médical et qualité de vie au XXIe siècle", la présidente du Parlement européen, Nicole Fontaine, a lancé un appel en faveur d'une dimension éthique de la biotechnologie. Evoquant la questi...

Prenant la parole lors du congrès international "Santé pour tous dans le monde: progrès médical et qualité de vie au XXIe siècle", la présidente du Parlement européen, Nicole Fontaine, a lancé un appel en faveur d'une dimension éthique de la biotechnologie. Evoquant la question de l'éthique, Mme Fontaine a admis que l'interdiction de certains types de recherches, particulièrement en génétique, pouvait freiner la découverte de certaines thérapies plus efficaces et creuser un fossé technologique et économique entre l'Europe et d'autres régions développées du monde, qui seraient moins rigoureuses. "Cependant, nous [le Parlement européen] considérons qu'une prudence universelle s'impose parce qu'il y va de l'avenir de la personne humaine dans ce nouveau siècle qui vient de commencer", a-t-elle ajouté. "La communauté scientifique internationale, quelle que soit la conscience éthique qui inspire la majorité de ses membres, n'est pas en mesure de se porter garante des déviances d'apprentis sorciers, dont on voit actuellement l'émergence préoccupante". La présidente du Parlement a exprimé l'espoir "qu'au-delà de l'Union européenne, la communauté scientifique internationale pèse de tout le poids de son influence pour étendre cette prise de conscience morale à l'ensemble du monde." Mme Fontaine a aussi critiqué la recherche européenne en raison de son cloisonnement et a plaidé pour une meilleure coopération. "La recherche et le développement perdent beaucoup en efficacité, notamment dans les domaines où l'Europe, compte tenu de son niveau de développement et des facilités [...] pourrait être davantage pionnière dans les secteurs de pointe: la génomique, les organes artificiels, la bio-informatique, les réparations de tissus ou d'organes par les cellules souches, l'immunothérapie, la télé-médecine, la thérapie génique, etc.", a déclaré Mme Fontaine. Les recherches de l'UE sont moins efficaces qu'elles ne pourraient l'être, car "elles restent encore trop cloisonnées, du fait des frontières nationales qui demeurent ancrées dans les esprits et les comportements", a précisé notamment Mme Fontaine.rgo plazo, q