Skip to main content

Knowledge flows within emerging multinationals: the case of subsidiaries of Latin multinationals in Europe

Article Category

Article available in the folowing languages:

L'émergence des multinationales latino-américaines en Europe

Une partie du succès des économies émergentes dépend de la manière dont leurs multinationales sont capables de gérer le flux de connaissances au-delà de leurs frontières. Une initiative de l'UE s'est penchée sur la façon dont la multinationalisation des pays en voie de développement, encore appelée multilatinas, affecte les flux d'innovation et de savoir au sein et entre les différentes économies de ces pays.

Technologies industrielles

La montée des multilatinas – un groupe d'entreprises multinationales gérées nationalement et actives hors d'Amérique latine – met le monde des affaires en alerte. Bien peu d'études se sont pourtant intéressées au phénomène des multinationales d'Amérique latine (LA-MNC). Grâce aux fonds de l'UE, le projet KNOWLEDGE FLOWS (Knowledge flows within emerging multinationals: the case of subsidiaries of Latin multinationals in Europe) a essayé d'identifier les flux de connaissances à destination ou partant des filiales européennes de ces multilatinas, en analysant l'échanges des connaissances internes, les sièges et les économies de leurs pays d'accueil. Pour atteindre cet objectif, les partenaires du projet ont mené différentes enquêtes aux sièges de ces entreprises, réalisé des études de cas sur leurs filiales et recueilli des données multiples. Les travaux ont commencé par la sélection de 124 multilatinas présentes dans différents secteurs industriels comme l'extraction minière, les produits de base, la pharmacie, les cosmétiques, l'automobile ou le secteur aéronautique. Les secteurs de la finance, de la vente, des télécommunications, des médias et du transport ont été exclus de cette étude. Le flux des connaissances a été analysé dans 58 filiales européennes de ces multilatinas. Les résultats montrent que l'échange de connaissances se fait dans les deux sens entre les filiales européennes et le siège de ces compagnies. Les partenaires du projet ont ainsi observé que le flux de connaissances se faisait de manière classique ou inversée dans près de 70 % des cas. Ils ont également montré que l'échange de savoir entre les filiales et le siège était plus fréquent que celui des produits eux-mêmes. Les multilatinas profitent ainsi du savoir européen tout en alimentant leurs filiales européennes en nouvelles connaissances. Le commerce entre les filiales des sociétés situées dans différents pays constitue la clé pour ce transfert de connaissances, en particulier de l'Europe vers l'Amérique latine. Le projet KNOWLEDGE FLOWS nous apporte ainsi un bien meilleur aperçu des mécanismes de transfert de connaissances pour ces multilatinas. Ce faisant, il nous révèle les facteurs déterminants de leur succès ou de leur échec. Les multilatinas possèdent des avantages compétitifs s'appuyant sur les connaissances qui sont exploitables en Europe et qui sont de bon augure pour ces deux régions du monde.

Mots‑clés

Multinationales latino-américaines, flux de connaissances, multinationales émergentes, multilatinas, succursales

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application