Skip to main content
European Commission logo
français français
CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Article Category

Actualités
Contenu archivé le 2023-01-01

Article available in the following languages:

Un rapport annuel souligne l'importance des investissements belges dans la coopération scientifique internationale

En Belgique, les Services fédéraux des affaires scientifiques, techniques et culturelles (SSTC) viennent de publier leur rapport annuel pour l'année 2001. Selon ce rapport, 36 pour cent des crédits budgétaires de l'organisation ont été consacrés, au cours de l'année considérée...

En Belgique, les Services fédéraux des affaires scientifiques, techniques et culturelles (SSTC) viennent de publier leur rapport annuel pour l'année 2001. Selon ce rapport, 36 pour cent des crédits budgétaires de l'organisation ont été consacrés, au cours de l'année considérée, au financement d'engagements internationaux. Les SSTC ont, entre autres, pour missions: le lancement de programmes, d'actions et de réseaux d'information afin de promouvoir le potentiel de recherche national; la gestion de la participation belge aux organisations scientifiques intergouvernementales; la définition d'indicateurs de recherche et de développement (R&D); la valorisation des résultats de la recherche et l'évaluation de l'impact des programmes de recherche. Non seulement les SSTC ont consacré plus d'un tiers de leurs crédits budgétaires aux activités de recherche internationales, mais le budget alloué à la recherche internationale est deux fois plus élevé que celui de la recherche nationale. La majeure partie du budget consacré à la recherche internationale est engloutie par la participation de la Belgique à l'Agence spatiale européenne (ESA). Très active dans le domaine de la recherche aérospatiale, la Belgique est également engagée dans des projets bilatéraux avec la France, l'Argentine et la Russie. D'autres ressources ont été consacrées au financement de bourses d'études pour les chercheurs d'Europe centrale et orientale, la participation au Cinquième programme-cadre de l'UE, à EUREKA, à COST et aux programmes scientifiques de l'UNESCO. La poursuite et l'intensification de cette collaboration internationale seront encouragées en 2002 avec le lancement, par la Belgique, de l'octroi de mandats de retour pour les chercheurs belges travaillant hors de l'UE. Au niveau national, la Belgique a financé des programmes de recherche sur le développement durable et la société de l'information. Le rapport souligne l'ouverture, pour la première fois, des programmes de recherche nationaux belges aux chercheurs originaires d'autres pays de l'UE, "facilitant de la sorte la création d'un Espace européen de la Recherche [EER]." Les objectifs définis pour 2002 sont, entre autres, les suivants: la préparation de l'intégration à l'EER, notamment en renforçant "les réseaux de compétences"; la stimulation des projets de recherche interdisciplinaires; l'optimisation de l'exploitation des résultats par le développement de nouvelles approches de valorisation, et l'évaluation des projets de recherche et de leurs résultats. Le rapport belge sur les sciences, les technologies et l'innovation a lui aussi été publié en 2001. Selon ce rapport, les crédits alloués en Belgique aux activités de recherche sont inférieurs à la moyenne européenne (1,36 pour cent du budget, contre 1,73 pour cent pour l'ensemble de l'UE) mais les activités de R&D y ont enregistré un développement considérable durant la seconde moitié des années 1990. Et les auteurs du rapport de conclure que la Belgique souffre de la même "maladie" que le reste de l'Europe: une solide base scientifique et technologique, mais un manque de capacités à transformer cette connaissance en avantages économiques.

Pays

Belgique