Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Des scientifiques britanniques développent un nouveau test ADN plus rapide pour la tuberculose

Un nouveau test ADN permettant de détecter la tuberculose en quelques heures pourrait devenir un outil clé de la lutte engagée par l'UE contre les maladies transmissibles, en particulier le sida, le paludisme et la tuberculose, dans les pays en développement. Le nouveau test ...

Un nouveau test ADN permettant de détecter la tuberculose en quelques heures pourrait devenir un outil clé de la lutte engagée par l'UE contre les maladies transmissibles, en particulier le sida, le paludisme et la tuberculose, dans les pays en développement. Le nouveau test ADN développé par des scientifiques britanniques permet un dépistage de la tuberculose en deux à trois heures. Le professeur Mike Barer, de l'université de Leicester, a utilisé les résultats du décodage du génome du bacille de Koch pour rechercher des marqueurs pouvant être utilisés pour détecter le germe de la maladie. Pour obtenir des résultats au moyen des méthodes classiques de dépistage, il fallait plusieurs semaines, et un tel délai est parfois inadéquat. "La technologie génétique appliquée au contrôle des maladies infectieuses va commencer à porter ses fruits. Des fonds considérables ont été investis dans le séquençage de l'agent responsable de la tuberculose. Ceci est une application réellement directe utilisée quotidiennement par les médecins praticiens", a déclaré le professeur Barer. L'UE soutient un partenariat entre l'Europe et les pays en développement doté de 200 millions d'euros qui serviront à développer de nouveaux médicaments et vaccins contre le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose. Le "Partenariat d'essais cliniques Europe-pays en développement" (EDCTP) lancé par la Commission verra ces 200 millions d'euros de fonds communautaires complétés par 200 millions d'euros alloués par les programmes nationaux de recherche clinique des pays participants et 200 millions provenant d'autres donateurs ainsi que de l'industrie. La lutte contre ces trois maladies est également une priorité du Sixième programme-cadre de recherche et développement technologique (6ème PCRD) et fait partie du domaine thématique prioritaire "Sciences du vivant, génomique et biotechnologie pour la santé".