Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les chercheurs mettent en exergue le rapport accru entre les changements climatiques et les épidémies de choléra

Une équipe de chercheurs espagnols, américains et bangladais ont établi que la relation entre les variations climatiques et les épidémies de choléra s'était accrue au cours des dernières années. Les mêmes scientifiques avaient déjà été en mesure de démontrer l'existence d'une...

Une équipe de chercheurs espagnols, américains et bangladais ont établi que la relation entre les variations climatiques et les épidémies de choléra s'était accrue au cours des dernières années. Les mêmes scientifiques avaient déjà été en mesure de démontrer l'existence d'une relation entre les changements climatiques liés au phénomène ENSO (El Niño-Southern oscillation) et le déclenchement d'épidémies de choléra. Les nouvelles recherches indiquent que cette relation s'est renforcée étant donné que l'ampleur du phénomène ENSO s'est intensifiée en raison des changements climatiques. Xavier Rodó, coordinateur du groupe de recherche, estime que cette étude est "l'une des premières preuves des conséquences potentielles des changements climatiques sur l'incidence des maladies infectieuses." Cette étude a permis de créer un nouvel outil statistique qui a été à même de montrer que la corrélation entre le choléra et le climat est trois fois plus importante que ce que les scientifiques pensaient initialement. Grâce à l'étude, les chercheurs ont pu élaborer un modèle prédictif qui pourrait être utilisé pour prévoir des mesures sanitaires dans les zones frappées par le choléra. Depuis la fin des années 1970, les périodes de chaleur causées par le phénomène ENSO se sont progressivement intensifiées. En Asie du Sud-Est, l'augmentation régionale de la température à la suite des changements climatiques et du phénomène ENSO peut entraîner une prolifération des bactéries présentes dans l'eau salée et qui se développent à haute température. Ces découvertes, ainsi que le fait que les gens ont tendance à être davantage en contact avec l'eau en période de grande chaleur, peuvent expliquer la plus grande corrélation entre le phénomène ENSO et le choléra aux cours des dernières décennies.

Pays

Espagne