Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les restrictions européennes en matière de recherche sur les cellules souches influent sur les réglementations en Inde

Des réglementations restrictives dans la recherche embryonnaire dans certains pays européens ainsi qu'aux Etats-Unis ont entraîné une interdiction de l'exportation de tous les matériaux embryonnaires humains en Inde en raison des craintes selon lesquelles l'industrie de procré...

Des réglementations restrictives dans la recherche embryonnaire dans certains pays européens ainsi qu'aux Etats-Unis ont entraîné une interdiction de l'exportation de tous les matériaux embryonnaires humains en Inde en raison des craintes selon lesquelles l'industrie de procréation assistée du pays pourrait devenir une source de cellules souches embryonnaires humaines. L'Inde stocke des embryons humains dans des centaines de cliniques spécialisées ne faisant l'objet d'aucun contrôle. Les règles ont pour objectif de prévenir l'usage impropre de ces embryons, précisent que des couples peuvent uniquement faire don d'embryons à des chercheurs en Inde, et que toute vente d'embryons est interdite. La décision suscite les critiques en Inde. "L'interdiction de transférer des embryons pourrait nous empêcher de collaborer avec des agences étrangères," a déclaré Mitradas Panicker, un neurobiologiste de Bangalore. Certains Etats membres de l'UE autorisent la recherche à partir uniquement de cellules souches embryonnaires importées devant être obtenues par des lignées cellulaires autorisées.