Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'UE finance le développement de nouvelles thérapies contre le cancer

Deux projets de recherche financés par l'UE visant à mettre au point de nouvelles thérapies contre le cancer ont été présentés à Bruxelles, le 19 septembre, lors de la conférence intitulée "Towards greater coherence in European cancer research" (Pour davantage de cohérence dan...

Deux projets de recherche financés par l'UE visant à mettre au point de nouvelles thérapies contre le cancer ont été présentés à Bruxelles, le 19 septembre, lors de la conférence intitulée "Towards greater coherence in European cancer research" (Pour davantage de cohérence dans la recherche contre le cancer en Europe). Le projet baptisé "Thérapie cellulaire" vise le développement de nouvelles thérapies pour les tumeurs du cerveau, basées sur la technologie cellulaire sous forme encapsulée. Le projet du nom de "Mélanome inductible" a pour objectif la mise au point de thérapies anti-mélanome à l'aide d'un modèle chez la souris. En 2000, plus de 30.500 nouveaux cas de tumeur du cerveau ont été diagnostiqués au sein de l'UE. Au cours de la même année, environ 22.300 malades sont décédés des suites de cette pathologie. Malgré une chirurgie agressive et des radiations et de la chimiothérapie postopératoires, le patient moyen ne vit en général que 60 semaines. Les membres du projet "Thérapie cellulaire", incluant cinq partenaires de Norvège, du Royaume-Uni, de Suisse et d'Allemagne, travaillent sur de nouvelles approches dans le traitement du cancer du cerveau. Le but de ce projet est de développer un système d'apport thérapeutique ciblé basé sur la cellule. Il se composera de cellules vivantes qui produiront des substances inhibant la croissance des vaisseaux sanguins vers la tumeur. Après implantation dans le cerveau, les cellules immobilisées sont en mesure de survivre pendant de longues périodes et de produire en continu des substances inhibant la croissance de la tumeur. Un aspect majeur de cette approche est que l'apport de substances par les cellules encapsulées a lieu à proximité du site de la tumeur. Le projet "Mélanome inductible" tente de répondre à la hausse de l'incidence du mélanome au sein de la population européenne, au caractère généralement résistant des tumeurs à la radio- et à la chimiothérapie et à l'identification des antigènes associés à la tumeur. En déterminant les causes de l'impossibilité du système immunitaire d'éliminer les tumeurs antigéniques et la manière d'accélérer la capacité du système immunitaire à détruire les cellules cancéreuses, le consortium du projet espère créer des thérapies anti-mélanome. L'équipe du projet est en train de développer un modèle chez la souris qui imitera la phase de commencement sporadique du cancer et sa progression. De nouveaux outils permettront de suivre les réactions immunitaires spécifiques à l'antigène de la tumeur au fur et à mesure du développement de cette dernière ainsi que les effets de la vaccination sur les réactions immunitaires spécifiques à l'antigène de la tumeur et sur la progression du cancer. Le consortium espère prouver que l'imagerie non invasive peut servir à suivre les effets du traitement et à rendre disponible ce modèle pour la recherche préclinique. En fin de compte, le projet devrait être étendu aux autres partenaires afin d'y inclure différents types de cancers cutanés.