Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'UE finance la recherche sur les autobus à pile à combustible

Afin de promouvoir la recherche consacrée aux carburants alternatifs pour le transport et financée par l'UE, le Commissaire européen à la Recherche Philippe Busquin a fait un tour à bord d'un prototype d'autobus à hydrogène, dimanche à Bruxelles. Cette manifestation de soutie...

Afin de promouvoir la recherche consacrée aux carburants alternatifs pour le transport et financée par l'UE, le Commissaire européen à la Recherche Philippe Busquin a fait un tour à bord d'un prototype d'autobus à hydrogène, dimanche à Bruxelles. Cette manifestation de soutien à la Semaine européenne de la mobilité et à la Journée sans voiture, a permis au public et aux journalistes de voir à l'oeuvre la technologie de l'hydrogène et donné un aperçu de l'avenir des transports en commun en Europe. "Actuellement, plus de 95 pour cent des moyens de transport sont basés sur des carburants dérivés du pétrole brut, a déclaré M. Busquin. La Commission s'est engagée à réduire les engorgements et leurs effets préjudiciables, en particulier dans les zones urbaines. L'introduction des autobus à pile combustible aidera les villes à améliorer la qualité de l'air et à réduire les émissions de CO2." Le projet CUTE (pour "Clean urban transport for Europe", transport urbain non polluant pour l'Europe), doté d'un financement communautaire de 18,5 millions d'euros, vise à introduire 30 versions améliorées du prototype d'autobus dans les plus grandes villes d'Europe. Le premier devrait être livré à Madrid au début de 2003. Les performances d'un autobus à pile à combustible sont comparables à celles des véhicules diesel classiques, avec une vitesse maximale de 80 km/h. Cette flotte, la plus importante de ce type au monde, devra prouver que le transport en autobus à zéro émission est déjà une option viable pour les zones urbaines. Un autre projet, intitulé ECTOS (pour "Ecological city transport system", un système de transport urbain écologique), a été doté par l'UE d'un financement de 2,85 millions d'euros. Basé à Reykjavik, il a pour but d'étudier la faisabilité d'un système de transport basé sur l'hydrogène, en examinant des questions telles que la production d'hydrogène et le ravitaillement en centre-ville. Le projet inclura également une évaluation de l'impact environnemental et social d'un tel système. Les meilleures pratiques mises en évidence en Islande bénéficieront aux projets futurs de l'UE dans d'autres villes européennes.

Articles connexes