Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le satellite météo MSG-1 en position

Le satellite de deuxième génération Météosat (MSG-1) a atteint sa position à 10,5 degrés ouest en orbite géostationnaire, à 36.000 kilomètres au-dessus de la Terre. L'exploitation du vaisseau spatial a été confiée la semaine dernière à EUMETSAT (Organisation européenne pour l...

Le satellite de deuxième génération Météosat (MSG-1) a atteint sa position à 10,5 degrés ouest en orbite géostationnaire, à 36.000 kilomètres au-dessus de la Terre. L'exploitation du vaisseau spatial a été confiée la semaine dernière à EUMETSAT (Organisation européenne pour l'exploitation de satellites météorologiques), qui doit à présent activer les instruments embarqués et débuter les essais en préparation à la transmission des premières images du satellite, attendues pour la fin octobre. Le programme MSG est un projet conjoint entre EUMETSAT et l'Agence spatiale européenne (ESA). José Achache, Directeur des programmes d'observation de la Terre à l'ESA, a déclaré: "Depuis la conception du satellite jusqu'à son positionnement précis en orbite, l'ESA et EUMETSAT ont travaillé de concert pour fournir aux citoyens d'Europe et du monde un outil fiable de prévision météorologique". Ce projet, qui coûtera au total 1,3 milliard d'euros, devrait procurer des informations détaillées sur le climat de la Terre et l'évolution climatique au cours des 12 années à venir. Parmi les instruments embarqués dans le satellite figure le bilan radiatif terrestre sur orbite géostationnaire (GERB), qui mesurera l'équilibre de rayonnement de la planète, la source d'énergie qui détermine notre climat. L'on espère que le GERB se révélera utile dans la lutte contre les changements climatiques et leur analyse. Jacqui Russell, coordinateur scientifique du projet GERB, a expliqué que "les changements climatiques constituent un thème de préoccupation fondamentale pour la société actuelle. Les activités humaines, telles que l'utilisation de combustibles fossiles, modifient la composition de l'atmosphère terrestre et affectent l'équilibre de rayonnement qui régit notre climat. Nous en saurons bientôt beaucoup plus sur le mode d'évolution de notre système climatique complexe et nous serons mieux à même de prévoir les changements climatiques à l'aide du GERB."

Articles connexes