CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Article Category

Actualités
Contenu archivé le 2023-01-01

Article available in the following languages:

Le ministre danois de la Science préconise la réflexion avant toute prise de décision sur le Conseil européen de la recherche

Lors d'une conférence-débat sur la création d'un Conseil européen de la recherche, Helge Sander, ministre danois de la Science, a demandé une intensification des discussions avant toute prise de décision concernant la proposition. Au cours d'une session de questions/réponses,...

Lors d'une conférence-débat sur la création d'un Conseil européen de la recherche, Helge Sander, ministre danois de la Science, a demandé une intensification des discussions avant toute prise de décision concernant la proposition. Au cours d'une session de questions/réponses, M. Sander a mis en lumière les avantages potentiels d'un Conseil européen de la recherche (CER), qui garantirait notamment une meilleure coordination et une concurrence accrue en matière de financement de la recherche. Il a toutefois demandé à la communauté scientifique de ne pas s'engager dans cette voie avec précipitation et d'attendre que des discussions plus approfondies aient lieu. "La création d'un Conseil européen de la recherche n'est qu'un vague projet pour l'instant. Il nous faut examiner de plus près le côté pratique. Nous devons absolument nous faire une idée plus claire de l'opinion d'autres Etats membres avant de prendre une décision," selon M. Sander. Selon le ministre, le CER ne sera "certainement pas en mesure de gérer toutes les tâches prises en charge à ce jour par les conseils nationaux de la recherche", mais le concept est d'après lui tout à fait adapté, surtout dans le contexte de l'Espace européen de la Recherche (EER). Dans le cadre de l'EER, la politique de la recherche et la recherche elle-même doivent être coordonnées à l'échelle régionale, nationale et européenne, mais ce n'est pas tout: "la réalisation de l'Espace européen de la Recherche devrait également impliquer l'intégration de l'octroi du financement de la recherche. Il s'agit seulement de déterminer comment y parvenir", précise M. Sander. Depuis lors, Euroscience, une association paneuropéenne regroupant des scientifiques et d'autres parties intéressées par les sciences a exposé sa conception de l'organisation du CER. Pour Euroscience, "le futur CER représente un outil tout à fait indispensable pour encourager la recherche scientifique axée sur la volonté de découvrir, dont le financement ne peut à l'heure actuelle relever du programme-cadre existant. Sa mission devrait dès lors consister à promouvoir, avec flexibilité, la recherche fondamentale, essentiellement dans les domaines émergents de la science qui sont souvent sous-financés en raison du caractère inadapté des instruments de financement." Euroscience propose que le futur CER travaille en relation avec la Fondation européenne de la science et la Commission européenne afin de garantir sa responsabilisation. La valeur scientifique des projets soumis au CER devrait être évaluée dans le cadre d'un système d'analyse critique avec concurrence ouverte et le financement devrait être attribué directement au CER et non pas aux projets spécifiques. Le CER préserverait ainsi sa liberté de choix. D'après Euroscience, la première moitié du financement du CER devrait provenir des budgets des conseils nationaux de la recherche, et la seconde moitié de l'UE, de dons et d'entreprises. Euroscience propose d'affecter au CER de 5 à 10 pour cent du budget de chaque conseil national de la recherche.

Pays

Danemark

Articles connexes