Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Romano Prodi annonce une hausse du budget communautaire pour la recherche et l'innovation

Le président de la Commission, Romano Prodi, a annoncé le déblocage par l'UE de fonds supplémentaires pour la recherche et l'innovation. Dans une intervention devant l'Economic Club de New York (Etats-Unis), le 3 novembre, M. Prodi a exposé la stratégie de l'UE en matière d'i...

Le président de la Commission, Romano Prodi, a annoncé le déblocage par l'UE de fonds supplémentaires pour la recherche et l'innovation. Dans une intervention devant l'Economic Club de New York (Etats-Unis), le 3 novembre, M. Prodi a exposé la stratégie de l'UE en matière d'innovation tout en soulignant qu'il convenait, dans ce domaine, de ne négliger ni l'offre ni la demande. La Commission, selon son Président, est pleinement consciente de l'importance des ressources financières pour assurer le capital humain, le savoir et l'infrastructure nécessaires à l'innovation. "La Commission vient d'ouvrir un débat sur le futur cadre financier du budget général de l'UE. Nous estimons que le budget de l'UE doit mieux refléter les priorités - par exemple investir plus dans la R&D [recherche et développement] et l'éducation - à l'égard desquelles les chefs d'Etat et de gouvernement ont pris des engagements", a déclaré M. Prodi. Il convient également de mieux affecter les prêts de la Banque européenne d'investissement (BEI), afin d'assurer la viabilité financière des investissements à plus long terme. "Mais cela ne suffit pas encore", a ajouté M. Prodi. "Nous devons veiller à ce que les entreprises européennes exploitent le potentiel d'une main d'ouvre bien formée. Nous devons nous assurer que les entrepreneurs ont la volonté de transformer la créativité des chercheurs en opportunités d'investissement excellentes - c'est-à-dire en produits innovants et commercialisables". M. Prodi a défendu la concentration des activités de recherche, parlant des avantages qui en résulteraient pour tous si "les nombreux scientifiques de haut niveau travaillant dans l'Union pouvaient mener leurs recherches dans des centres européens d'excellence." Concentrer la recherche serait possible dès lors que le financement public consacré à ces activités n'aurait pas pour limites les frontières de chaque pays, argument qui, aux yeux de M. Prodi, justifie la création d'un Espace européen de la Recherche. Affirmant que l'Europe "pourrait faire plus encore", M. Prodi a également recommandé que soit examiné le projet d'"Agence européenne de la Recherche". La US National Science Foundation est un bon exemple, a-t-il ajouté. M. Prodi a présenté une série d'initiatives actuellement en cours au niveau européen et visant à assurer que la demande d'innovation est effective et suffisante. La Commission étudie des mesures législatives potentielles susceptibles d'aider l'industrie du capital-risque. Diverses actions sont envisageables, dont l'élimination des obstacles actuels qui découragent les fonds de retraite d'investir sur le marché du capital-risque. La réorganisation de certaines Bourses européennes devrait également permettre de promouvoir les valeurs mobilières en tant que moyen accepté et fiable de financer les jeunes entreprises en Europe. Les investisseurs privés seront plus enclins à acquérir des actions si les perspectives de sorties offertes sont satisfaisantes. Assurer un régime de brevets peu onéreux et efficace est également crucial si l'on veut encourager l'innovation, a poursuivi M. Prodi. L'on espère que le brevet communautaire, sur lequel se sont accordés les chefs d'Etat et de gouvernement en 2003, remplira ces exigences. La Commission estime que le nouveau système, une fois en place, permettra de réduire les coûts des demandes de brevet de plus de 50 pour cent. Le président de la Commission espère que la stratégie de l'UE en matière d'innovation stimulera la croissance de l'Europe. Selon lui, l'UE devrait réaliser son potentiel de croissance l'année prochaine ou en 2005 au plus tard.