Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le Prix Descartes 2003 récompense à la fois la recherche fondamentale et la recherche appliquée

Le Prix Descartes 2003 - doté d'un million d'euros - a été attribué le 20 novembre, à Rome, à deux équipes internationales de scientifiques pour leurs travaux à la pointe de la recherche. En attribuant le prix à deux équipes, le Grand Jury a voulu récompenser tant la recherch...

Le Prix Descartes 2003 - doté d'un million d'euros - a été attribué le 20 novembre, à Rome, à deux équipes internationales de scientifiques pour leurs travaux à la pointe de la recherche. En attribuant le prix à deux équipes, le Grand Jury a voulu récompenser tant la recherche scientifique fondamentale que la recherche appliquée en haute technologie. Le premier prix a été décerné à un projet consacré au développement de polymères émetteurs de lumières susceptibles d'applications telles que les écrans enroulables pour télévision ou ordinateur; le second prix est revenu à un consortium ayant réussi à mesurer au centimètre près les variations du schéma de rotation de la Terre. Prenant la parole après l'annonce des lauréats, le Commissaire européen en charge de la Recherche, Philippe Busquin, a qualifié le Prix Descartes d'unique en termes de reconnaissance de la collaboration internationale et de l'excellence scientifique. "Il prouve également que l'on ne peut séparer distinctement recherche fondamentale et recherche appliquée. Les deux sont liées, la recherche fondamentale débouchant inévitablement sur des applications utiles", a-t-il ajouté. De fait, le projet Pledd (diodes polymères électroluminescentes pour écrans), auquel ont été attribués 70 pour cent du montant total du prix, part d'une découverte fondamentale faite accidentellement par le coordinateur du projet, le professeur Richard Friend, et des collègues de l'université de Cambridge (Royaume-Uni), en 1989. Ils ont découvert la capacité de certains polymères plastiques à émettre de la lumière lorsqu'ils étaient soumis à un courant électrique, et ont immédiatement pressenti le potentiel de cette découverte pour la conception de produits innovants. Regroupé au sein d'un consortium de partenaires originaires de Belgique, de Suède, des Pays-Bas et d'Allemagne, ils ont conçu la première application opérationnelle des écrans composés de diodes polymères pour un rasoir électrique Philips. Le professeur Friend est convaincu que, d'ici deux ou trois ans, le développement d'écrans couleur assurera le succès commercial de cette découverte. "Comme vous pouvez le constater, plus de dix ans se sont écoulés entre la découverte et ses applications. Peut-être la pression est-elle trop grande, qui exige une fabrication rapide du produit, et faut-il en revenir à des attentes plus réalistes", a-t-il déclaré. Interrogé sur la signification d'un tel prix pour les lauréats, le professeur Friend a déclaré à CORDIS Nouvelles: "Etre récompensé est très agréable! D'autant plus que ce prix couronne - ce qui est rare - le travail de toute une équipe et est ainsi en phase avec l'esprit actuel de la recherche." Et de poursuivre en expliquant que l'équipe envisageait de financer, grâce au prix Descartes, de la recherche exploratoire. Le second projet récompensé a été coordonné par le professeur Véronique Dehant, de l'Observatoire Royal de Belgique. Le "schéma non rigide de nutation de la Terre" élaboré par son équipe a permis d'améliorer la précision des mesures de la rotation de la Terre dans l'espace de quelques mètres à quelques centimètres, ce qui aura un impact majeur sur l'efficacité des systèmes globaux de positionnement et de navigation tels que la constellation européenne Galileo. Le professeur Dehant a expliqué à CORDIS Nouvelles qu'elle était honorée de voir le travail de son équipe bénéficier d'une telle reconnaissance: "Nous travaillons toujours dans l'ombre. Peu de gens savent que les technologies de positionnement ne peuvent être efficaces que si l'on connaît la position exacte de la Terre". Le prochain objectif du groupement de partenaires originaires de Belgique, de France, de Pologne, d'Espagne, d'Allemagne, d'Autriche, de République tchèque, d'Ukraine et de Russie, est d'appliquer la même méthodologie à Mars, dans l'espoir de découvrir si la planète soeur de la Terre possède elle aussi un noyau en fusion. Ces travaux bénéficieront désormais des 300.000 euros du Prix Descartes. En clôture de la cérémonie, le Commissaire Busquin s'est dit convaincu de ce que le Prix Descartes - bien que créé il y a quatre ans à peine - confère d'ores et déjà à la recherche européenne une "nouvelle personnalité" et en a souligné le bénéfice pour la société dans son ensemble. Dans la perspective nécessaire d'assurer la prochaine génération de scientifiques, il a déclaré: "Ce prix permettra aux jeunes de se passionner pour la recherche, les aidera à comprendre son importance et ses valeurs et leur fournira des modèles de rôle de qualité."

Pays

Belgique

Articles connexes

Politiques et directives

20 Octobre 2004