Skip to main content

Immersive Cabin

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une étude fait la lumière sur l’impact de la RV et de la RA en vol

Pour générer des revenus supplémentaires et améliorer la satisfaction des passagers, les compagnies aériennes cherchent à offrir aux clients des expériences de réalité augmentée (RA) et de réalité virtuelle (RV). Une initiative de l’UE a exploré les défis posés par les technologies immersives, là-haut dans le ciel.

Économie numérique
Transports et Mobilité

Les technologies immersives offrent divertissement et détente, procurent de nouveaux moyens de promouvoir et de vendre des produits pendant les vols et peuvent réduire le stress des passagers pendant les périodes de transfert dans le cas d’un timing un peu serré. Se débarrasser des obstacles relatifs à la RV et à la RA en matière de confort, de communication et de sécurité Plusieurs obstacles doivent être surmontés avant de réussir à intégrer ces technologies immersives. Les communications avec le personnel de cabine peuvent être affectées, ce qui peut nuire à l’efficacité du service et, potentiellement, à la sécurité des passagers. Même au sol, la RA et la RV peuvent être à l’origine d’une certaine gêne. Cet effet est susceptible de s’aggraver en vol. Pour répondre à ces questions, le projet IMCA, financé par l’UE, a «développé et évalué une expérience immersive en tenant compte des facteurs humains tels que la santé et le bien-être, de la sécurité, de son intégration dans les avions ainsi que des aspects commerciaux et juridiques», explique M. Antoine de Reus, coordinateur du projet. «Les avantages potentiels de la RV et de la RA, comme le fait d’offrir un moyen intuitif et rapide d’informer les passagers au sujet de leurs vols et de leurs destinations, ainsi que les méthodes innovantes et améliorées destinées à divertir les passagers en vol, sont toutes nouvelles», ajoute-t-il. Les compagnies aériennes sont en train de se lancer dans les toutes premières expériences faisant appel aux technologies immersives. Le projet a commencé par évaluer la possibilité d’utiliser plusieurs technologies pour les applications RV et RA en vol. L’équipe a sélectionné trois dispositifs parmi ceux actuellement disponibles sur le marché. Pour atteindre ses objectifs, IMCA a mis au point une méthodologie pour identifier et évaluer les problèmes potentiels, en termes de facteurs humains, concernant les expériences immersives et les préoccupations relatives à la sécurité à bord. Elle offre une aide pratique en fournissant une liste de contrôle permettant d’identifier les problèmes potentiels ainsi qu’une vue d’ensemble des outils et des méthodologies permettant d’évaluer l’état des passagers. Cette vue d’ensemble aide à choisir les bons outils de mesure afin d’apporter une réponse aux questions d’évaluation. Pour finir, les partenaires du projet ont testé la méthodologie en examinant les effets de l’utilisation des casques RV, par les passagers, sur la sécurité, ainsi que les questions relatives au service à bord, à l’expérience et au confort. L’expérience s’est déroulée dans un simulateur dynamique de cabine avec 40 volontaires et un équipage. Ils ont été exposés à divers scénarios de vol, allant d’un trajet calme à un vol comportant une dépressurisation brutale. Ce type de test empirique est inédit et constitue une première mondiale. Les données recueillies ont vraiment aidé à mieux comprendre les effets de l’utilisation de la RV à bord. Les services proposés à bord utilisant la RV et la RA tiendront-ils leurs promesses? Les résultats montrent que, même si la RV apporte une valeur ajoutée aux passagers, elle affecte également les communications avec l’équipage et potentiellement la sécurité à bord. M. de Reus souligne: «Lors du développement d’applications de RV, il est important de prendre en compte ces éléments, tout en gardant à l’esprit que, même si un casque RV peut s’avérer informatif et relaxant, il ne doit pas nuire aux interactions de l’équipage ni à la sécurité.» «Il faudra encore attendre des années avant que la RV et la RA ne fassent l’objet d’une adoption à grande échelle. Par conséquent, les introduire de manière responsable dans une cabine d’avion reste encore un objectif trop ambitieux par rapport à l’état de l’art dans ce domaine», conclut M. de Reus. «IMCA a mis en lumière, d’une part, les avantages réels de l’utilisation de la RV et de la RA à bord des avions et, d’autre part, les problèmes devant être résolus à l’avenir, en matière de santé et de bien-être des passagers, de sécurité et de sûreté des vols, d’aspects juridiques et d’étiquette culturelle, ainsi qu’en matière d’architecture et d’intégration des systèmes dans l’avion.»

Mots‑clés

IMCA, RV, passager, RA, technologies immersives, compagnies aériennes, casque RV, cabine d’avion, sécurité et sûreté en vol

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application