Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La plateforme NEWS fait entrer les agences de presse dans le 21e siècle

La phase de recherche de NEWS, le moteur de recherche pour services de presse, vient de s'achever. Grâce à la collaboration de chercheurs originaires d'Allemagne, d'Israël, d'Italie et d'Espagne, le projet a conduit au développement d'une plateforme de services de presse dont ...

La phase de recherche de NEWS, le moteur de recherche pour services de presse, vient de s'achever. Grâce à la collaboration de chercheurs originaires d'Allemagne, d'Israël, d'Italie et d'Espagne, le projet a conduit au développement d'une plateforme de services de presse dont l'objet est de "classer, annoter et analyser les reportages". Pour les partenaires de recherche, la prochaine étape consiste maintenant à commercialiser la plateforme. "Jusqu'ici, les classifications étaient généralement basées sur une douzaine de termes, tels que sport, actualités mondiales, finances, que les journalistes connaissaient par coeur. Cela n'est pas très précis. Notre système peut automatiquement analyser un reportage et accéder à 1.300 termes de classification pour le définir", a déclaré à IST Results Ansgar Bernardi, directeur adjoint du groupe de gestion des connaissances chez DFKI, le centre allemand de recherche sur l'intelligence artificielle. Le projet a été financé par le volet Technologies de la société de l'information (TSI) du Sixième programme-cadre (6e PC). Dans la pratique, cela permet de trouver facilement et "intelligemment" des articles. La plateforme est basée sur des projets établis de "web sémantique" visant à fournir un moyen universel qui permet aux ordinateurs de "comprendre" les pages web. Les recherches aboutissent à une grande variété de sujets donnant des résultats sur une vaste série de données définissant le contenu des articles. Ainsi, une demande sur le président de la Commission européenne en avril 2005 aboutira à l'affichage d'une série d'articles sur M. Barroso datant d'il y a un an. Le système n'a pas besoin d'être "formé" pour analyser des sujets spécifiques. Pour éviter les confusions, par exemple si on recherche "Michael Jackson, chanteur" et qu'on aboutit à "Michael Jackson, critique spécialiste de la bière", le système ne serait alors qu'un gadget pratique. "Au départ, c'était en fait un sous-produit de notre travail principal, mais le système fonctionne bien et je pense qu'il pourrait susciter beaucoup d'intérêt scientifique, déclare M. Bernardi. Nous espérons que les utilisateurs de la plateforme développeront la fonctionnalité de base pour donner suite aux informations qu'ils veulent analyser." A ce jour, ces deux années de recherche se sont avérées fructueuses et l'intérêt suscité a permis d'obtenir un financement pour poursuivre les recherches. "Pendant le projet, nous avons développé un vaste réseau et le consortium a convenu d'offrir un soutien mutuel pour deux années supplémentaires. Entre-temps, nous recherchons des débouchés commerciaux. Plusieurs agences de presse sont intéressées par la plateforme", a-t-il déclaré. Les partenaires incluent le centre allemand de recherche sur l'intelligence artificielle, Ontology Ltd en Israël, l'agence de presse italienne Agenzia ANSA, l'agence de presse espagnole Agencia EFE et l'université Carlos III de Madrid.

Pays

Allemagne, Espagne, Israël, Italie