Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Observer les étoiles du fond des mers

La phase de conception d'un nouveau type de télescope qui sera utilisé pour détecter les particules subatomiques les plus insaisissables et mystérieuses - les neutrinos - vient d'être lancée grâce à un financement au titre du Sixième programme-cadre (6e PC). L'objectif du pr...

La phase de conception d'un nouveau type de télescope qui sera utilisé pour détecter les particules subatomiques les plus insaisissables et mystérieuses - les neutrinos - vient d'être lancée grâce à un financement au titre du Sixième programme-cadre (6e PC). L'objectif du projet KM3Net est de "construire" un télescope d'environ un kilomètre carré d'eau dans les profondeurs de la mer Méditerranée, là où l'obscurité est totale. Ce cube d'eau fera l'objet d'une étroite surveillance, fonctionnera comme un télescope et servira à détecter les neutrinos. Ces particules traversent la Terre en grand nombre à toute heure du jour et de la nuit - elles sont des milliards chaque jour. Les neutrinos sont cependant extrêmement difficiles à détecter car ils traversent simplement toute matière avec laquelle ils entrent en contact. Leur masse est virtuellement égale à zéro et leur observation repose sur la collision d'un neutrino avec une molécule d'eau dans un réservoir d'eau. La collision émet alors une minuscule quantité de lumière qui peut être observée. "Les neutrinos sont la chose la plus proche du rien que vous puissiez étudier", a déclaré M. Lee Thompson de l'université de Sheffield, un partenaire du projet, lors d'un entretien accordé à l'hebdomadaire The Observer. "A l'inverse de la lumière - qui est souvent bloquée ou obscurcie lorsqu'elle traverse l'espace - les neutrinos traversent tout: étoiles, planètes, personne, vraiment tout. Cela en fait une source d'information incroyablement riche sur l'univers lointain. Le seul problème étant qu'ils ont tendance à traverser également les télescopes et les détecteurs." CORDIS Nouvelles s'est entretenu avec le professeur Ulrich Ferdinand Katz, le coordinateur du projet, de l'université Friedrich-Alexander à Erlangen (Allemagne). "Les études de conception ont démarré le 1er février. Nous avons organisé le projet en neuf phases de travail distinctes se rapportant à divers domaines allant de l'ingénierie et de l'analyse système aux aspects politiques. L'objectif est de développer la technologie et de présenter le rapport de conception en 2009. Ensuite, nous devrons attendre environ deux ans avant de passer à la phase préparatoire et au travail d'ingénierie. Le projet pourrait être terminé dès 2010, avec de premiers résultats en 2011", a-t-il déclaré. Le consortium KM3Net est très vaste et rassemble 24 partenaires de France, Grèce, Espagne, Italie, Pays-Bas, Chypre et Royaume-Uni. Le budget de 17,5 millions d'euros est financé à concurrence de 9 millions d'euros par le 6e PC. L'étude KM3Tec prend appui sur les résultats de trois précédentes études - le télescope sous-marin NESTOR au large des côtes grecques, le projet sous-marin ANTARES au large de Toulon (France) et le site NEMO au large du sud de la Sicile (Italie). Tous sont des projets pionniers dans le domaine des techniques requises pour assurer le bon déroulement du projet KM3Net, et constituent autant de sites candidats pour l'implantation du projet KM3Net lui-même. Terminé, le télescope se composera d'une série de détecteurs de lumière ancrés au fond de la mer sur un kilomètre carré. Etant donné l'impossibilité de prévoir l'endroit où un neutrino entrera en collision avec une molécule d'eau, la grande taille du projet maximalise les potentialités d'observation. Un consortium américain est chargé de construire un site comparable dans l'Antarctique. Les neutrinos détectés sur l'un ou l'autre site seront analysés en référence croisée avec des données astronomiques traditionnelles afin de déterminer l'origine des neutrinos. Ainsi, d'importantes quantités de neutrinos sont émises juste avant l'apparition de supernovae, et un très grand nombre de détections permettraient peut-être d'en savoir beaucoup plus sur la nature essentielle de ces événements distants. "Les deux machines seront capables d'étudier, simultanément, les cieux au-dessus des hémisphères nord et sud", a expliqué le professeur Katz à The Observer. "Par exemple, nous savons que le centre de toutes les galaxies est constitué d'immenses trous noirs - produits par l'effondrement d'étoiles, ils absorbent la matière comme de l'éponge. Nous ne pouvons pas les voir car ils sont entourés de poussières et de débris. Mais bientôt, nous serons en mesure de les étudier à partir des neutrinos qu'ils émettent."

Pays

Chypre, Allemagne, Grèce, Espagne, France, Italie