Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le président de l'Académie hongroise des sciences admet la nécessité de réformes

Le président de l'Académie hongroise des sciences (HAS), le professeur E. Szilvester Vizi, a répondu aux critiques dont fait l'objet la structure de l'HAS en déclarant que l'avenir de l'Académie passe par le transfert rapide et efficace d'un savoir accumulé depuis longtemps ve...

Le président de l'Académie hongroise des sciences (HAS), le professeur E. Szilvester Vizi, a répondu aux critiques dont fait l'objet la structure de l'HAS en déclarant que l'avenir de l'Académie passe par le transfert rapide et efficace d'un savoir accumulé depuis longtemps vers l'économie hongroise au bénéfice de tous. Selon le professeur Vizi, "les 38 instituts de recherche et plus de 120 équipes de recherche universitaires de l'HAS devraient octroyer plus de fonds aux unités de recherche efficaces, mais sensiblement moins à celles qui ne sont pas en mesure de suivre le rythme de la recherche internationale de pointe". Le président de l'HAS a précisé que, en dépit d'insuffisances réelles ou supposées, la recherche conduite par l'HAS a connu de nombreux succès, dont notamment: le développement de variétés supérieures de blé et de froment; la conception de systèmes de contrôle informatisés pour centrales nucléaires; la contribution de la recherche médicale et biochimique à la définition de nouvelles lignes de recherche pharmaceutiques; la mise au point de moteurs optiques à photopropulsion et de modèles mathématiques utilisés pour les investissements d'entreprises. Toutes ces avancées ont généré des millions d'euros de retours et permis à la communauté de chercheurs de l'HAS d'être reconnue dans le monde entier, comme le prouve le nombre élevé de rapports de recherche publiés dans la presse internationale. Toutefois, une réforme offensive - et non défensive - s'impose, a déclaré le professeur Vizi, pour qui cette réforme doit faire de la recherche le moteur qui permettra à la Hongrie de combler son retard par rapport aux autres pays européens. "Les activités dans le secteur de la recherche et du développement en Hongrie doivent s'adapter aux défis mondiaux, sinon la Hongrie restera au bas du classement mondial en termes de capital intellectuel", a-t-il déclaré. Pour y parvenir, l'HAS doit réconcilier les intérêts différents des universités et instituts de recherche d'une part et de la recherche fondamentale et appliquée d'autre part. Les récentes réformes et définitions de priorités doivent se poursuivre et s'intensifier, a-t-il ajouté. La qualité de la recherche, notamment, ne doit pas être simplement maintenue, mais améliorée; le financement doit être proportionné aux tâches et à la performance; un plus grand nombre de chercheurs devraient participer aux programmes universitaires post-doctoraux; la recherche fondamentale devrait avoir pour maîtres mots applicabilité et utilité; un conseil scientifique international devrait être chargé de guider le travail de chaque institut de recherche de l'HAS, et le secrétariat administratif de l'HAS devrait être réorganisé. Le professeur Vizi n'a pas abordé les critiques plus radicales selon lesquelles l'HAS jouit d'une trop grande autonomie dans la gestion de la recherche financée sur fonds publics. Par ailleurs, les auteurs de ces critiques réclament également l'abolition des privilèges permanents accordés aux membres de l'Académie.

Pays

Hongrie