Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Aménagement forestier en République centrafricaine

Les forêts sont des réservoirs d'oxygène et des protecteurs des habitats naturels et, partant, de la biodiversité. Un programme piloté par le CIRAD, le Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, a étendu un plan d'aménagement ...

Les forêts sont des réservoirs d'oxygène et des protecteurs des habitats naturels et, partant, de la biodiversité. Un programme piloté par le CIRAD, le Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, a étendu un plan d'aménagement forestier en République centrafricaine qui couvre à présent 90 pour cent des concessions forestières du pays. En République centrafricaine, le gouvernement est responsable du financement des plans d'aménagement forestier, à charge des entreprises privées de les mettre en oeuvre. Dans les pays voisins, le gouvernement compte sur les industriels pour financer et gérer leurs propres plans d'aménagement. Le gouvernement de la République centrafricaine a cherché activement des moyens de répondre à ses engagements pris lors du sommet de Yaoundé de 1999, durant lequel les signataires ont désigné les forêts comme des ressources à préserver pour le bien de leurs populations. Depuis 2000, il a eu recours au PARPAF, un projet d'aide à la réalisation de plans d'aménagement forestier supervisé par le CIRAD. Le nombre de forêts à présent aménagées dans le cadre du projet PARPAF est passé de cinq pour cent à un engagement de 90 pour cent des concessions. L'approche du PARPAF est minutieuse et axée en particulier sur la préservation de la biodiversité. Les représentants du PARPAF dressent un inventaire de la région forestière, en commençant par les arbres avant de passer à la faune et la flore. Cet inventaire donne au PARPAF le "potentiel écologique" de la région forestière. Un rapide calcul indique ensuite le volume forestier pouvant être exploité dans une perspective durable. Les entreprises oeuvrant dans la région reçoivent des cartes et des tableaux détaillant les régions qui peuvent être exploitées et, plus important encore, celles qui ne peuvent pas l'être. Elles signent enfin une convention d'exploitation avec l'Etat et supportent 30 pour cent du coût d'aménagement. Le matériel utilisé par les entreprises fait l'objet d'un contrôle strict pour s'assurer qu'aucune surexploitation n'a lieu. En raison de son succès, le plan a été prolongé pour deux années supplémentaires, jusqu'en 2006. La prochaine étape consistera en un suivi et un aménagement à long terme des forêts au cours de 30 prochaines années. En adoptant une approche minutieuse, les représentants du PARPAF ont formé une nouvelle génération de travailleurs à l'aménagement durable des forêts. La République centrafricaine se retrouve ainsi avec un héritage unique dans la région - des forêts aménagées durablement pour le bénéfice des générations futures.

Pays

République centrafricaine, France