Skip to main content
European Commission logo print header

Article Category

Actualités
Contenu archivé le 2023-03-02

Article available in the following languages:

Recherche collaborative: un groupe d'experts loue les efforts de la Fondation européenne de la science

Dans un rapport détaillé, un groupe d'experts internationaux suggère à la Fondation européenne de la science (ESF) d'améliorer le profil d'EUROCORES, l'initiative européenne de recherche collaborative, afin d'assurer son futur succès. Les auteurs du rapport proposent également...

Dans un rapport détaillé, un groupe d'experts internationaux suggère à la Fondation européenne de la science (ESF) d'améliorer le profil d'EUROCORES, l'initiative européenne de recherche collaborative, afin d'assurer son futur succès. Les auteurs du rapport proposent également d'accélérer les procédures de sélection. EUROCORES, qui compte actuellement 28 programmes composés chacun de cinq à 15 projets, a pour but d'offrir aux chercheurs un cadre flexible pour se réunir et s'attaquer ensemble à des problèmes scientifiques plus faciles à traiter dans le cadre de projets de recherche collaborative à grande échelle. Depuis sa création en 2001, l'initiative EUROCORES est devenue progressivement un outil de coopération scientifique interdisciplinaire au niveau européen et un moyen d'interaction améliorée entre les agences nationales de financement de la recherche. «EUROCORES développe des projets de très haute qualité impliquant une coopération appréciable entre chercheurs de toute l'Europe», a déclaré Enterprise Ireland, une organisation irlandaise membre de l'ESF. Les auteurs du rapport identifient l'initiative EUROCORES comme un instrument de choix pour lutter contre la fragmentation de la recherche en Europe. Quelque 70 % des scientifiques interrogés décrivent l'initiative comme un instrument utile qui complète d'autres instruments de l'UE, mais qui possède l'avantage supplémentaire d'être plus ouvert et plus flexible en termes de domaines de recherche, de types de projet et de types d'activités en réseau qu'elle soutient. Sur les 33 organisations membres de l'ESF interrogées, 25 jugent positivement EUROCORES, mais souhaiteraient certaines améliorations. «En tant qu'agence des agences, l'ESF peut offrir un nouveau système viable», a déclaré Reinhard Grunwald, directeur de l'équipe du rapport au sein du conseil d'administration de l'ESF. D'après l'enquête, EUROCORES possède des atouts considérables, mais pour de nombreuses communautés scientifiques l'initiative doit encore améliorer son image et sa crédibilité. En effet, elle est encore méconnue, principalement à cause de la modestie de son échelle par rapport à d'autres instruments de l'UE, et aussi parce qu'elle est encore relativement nouvelle. Parmi les autres aspects qui pourraient être améliorés, les scientifiques consultés ont cité la longueur des procédures et le risque de duplication des efforts nationaux. «Après une période d'essais et d'erreurs, EUROCORES est désormais un instrument qui fonctionne plutôt bien; mettre totalement fin à l'initiative maintenant serait un gaspillage de ressources. Elle doit trouver son rôle unique et spécifique dans la coopération scientifique au niveau européen», déclare l'Académie de Finlande, organisation membre de l'ESF. Le rapport identifie des domaines clés d'amélioration par le biais de trois modèles opérationnels visant à améliorer la rapidité et la fiabilité des procédures de l'initiative. Ceux-ci incluent l'ajout d'éléments tels qu'une caisse commune qui améliorerait et accélérerait le processus de financement, une procédure contraignante d'examen par les pairs et la clarification des procédures. Les auteurs du rapport suggèrent également que le processus de sélection des thèmes pourrait être raccourci en exigeant que les propositions de thème soient plus détaillées et en liant celles-ci à d'autres instruments de l'ESF tels que «Forward Looks». Néanmoins, l'initiative est également décrite comme étant d'inspiration plus scientifique, davantage centrée sur la recherche fondamentale, moins politiquement motivée, plus adaptée à la collaboration entre de petites équipes et moins bureaucratique que d'autres instruments de l'UE. Les auteurs estiment aussi qu'elle soutient des travaux de haute qualité et qu'elle est basée sur des processus adéquats. «EUROCORES stimule une coopération européenne libre et privilégiant les initiatives partant de la base. Elle complète ainsi les initiatives plus strictement dirigées de la Commission européenne», déclare pour sa part le conseil suédois de la recherche. Les auteurs du rapport concluent que la meilleure façon de développer EUROCORES consiste à en faire un instrument plus compétitif capable de rivaliser avec les meilleurs et les plus créatifs sur la scène scientifique européenne et de faire face aux futurs défis. L'initiative EUROCORES matérialise les objectifs de l'ESF: elle vise à renforcer les synergies au niveau paneuropéen en proposant un cadre permettant aux organisations nationales de financement de la recherche de se rassembler et en soutenant la recherche interdisciplinaire dans des domaines non traditionnels, ouvrant ainsi à la science de nouveaux horizons.