Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Pour une politique industrielle européenne plus écologique

Face au changement climatique et à la pollution environnementale, les ministres de l'environnement de l'UE se sont prononcés en faveur d'une politique industrielle européenne plus écologique lors d'une réunion informelle à Essen (Allemagne). Les ministres ont convenu que l'U...

Face au changement climatique et à la pollution environnementale, les ministres de l'environnement de l'UE se sont prononcés en faveur d'une politique industrielle européenne plus écologique lors d'une réunion informelle à Essen (Allemagne). Les ministres ont convenu que l'Union européenne doit mettre davantage l'accent sur l'amélioration de l'efficacité de l'utilisation de l'énergie et des ressources, la promotion des innovations écologiques et l'accélération de la diffusion des technologies environnementales dans tous les secteurs. «Nous voulons que l'Union européenne devienne non seulement l'économie la plus compétitive au monde, mais aussi la championne de l'efficacité des ressources et de l'innovation écologique», a déclaré le ministre fédéral de l'environnement Sigmar Gabriel à l'issue de la réunion de deux jours. Selon M. Gabriel, «les technologies environnementales jouent déjà un rôle majeur pour la croissance et l'emploi en Europe. Le volume global de leur marché va doubler, pour passer d'environ 1 000 milliards en 2005 à près de 2 200 milliards en 2020. Pour que l'Europe puisse affirmer sa position technologique et économique dominante dans ce domaine, les responsables politiques doivent fixer les bonnes orientations. Le concept de la politique industrielle écologique est la réponse économique à la question écologique.» Les ministres ont exprimé leur soutien à une série de mesures spécifiques, en soulignant que les améliorations du système européen d'échange de quotas d'émission ont une importance fondamentale. Ils pensent que les quotas d'émission devraient être attribués dans une plus large mesure sur la base de méthodes de calcul uniformes. L'attribution ne devrait plus être gratuite; les quotas devraient plutôt être mis aux enchères. Les ministres ont également plaidé en faveur de normes dynamiques afin de créer des incitations à la commercialisation des innovations à haut rendement énergétique, par exemple pour les appareils électroménagers. «Pour favoriser la solution la plus efficace, nous avons besoin d'une concurrence permanente, basée sur le modèle du programme «top runner», qui a très bien fonctionné au Japon. Selon cette approche, c'est le produit le plus efficace qui détermine la norme que tous les autres fournisseurs doivent appliquer», a expliqué M. Gabriel. Un accord a également été conclu sur la nécessité pour les États membres de miser davantage sur les produits respectueux de l'environnement dans leur politique d'approvisionnement, ce qui contribuerait à améliorer les possibilités de commercialisation des innovations écologiques. Les activités de recherche devront également être intensifiées, surtout dans le domaine des technologies énergétiques durables, ont-ils déclaré.

Pays

Allemagne