Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les «nanocornets» de carbone offrent un espoir pour le stockage de l'hydrogène

D'après une nouvelle recherche réalisée par une équipe internationale de scientifiques, les «nanocornets» de carbone pourraient servir à stocker l'hydrogène. L'hydrogène est depuis longtemps considéré comme le candidat idéal pour remplacer les combustibles fossiles. Cependan...

D'après une nouvelle recherche réalisée par une équipe internationale de scientifiques, les «nanocornets» de carbone pourraient servir à stocker l'hydrogène. L'hydrogène est depuis longtemps considéré comme le candidat idéal pour remplacer les combustibles fossiles. Cependant, les difficultés à trouver un moyen de stockage sûr et économiquement viable restreignent son champ d'application dans des domaines plus vastes. L'une des options en cours d'étude consisterait à stocker l'hydrogène dans des matériaux poreux. Les nanostructures de carbone ayant une faible masse et une grande capacité d'absorption, elles offrent un potentiel intéressant à cet égard. Cependant, les expériences réalisées avec des nanotubes de carbone ont révélé quelques problèmes. Tout d�abord, le stockage de l'hydrogène dans les nanotubes de carbone n'est réalisable qu'à très basse température (- 196 degrés Celsius). De plus, lorsqu'un échantillon est chauffé à température ambiante, la majeure partie de l'hydrogène s'évapore. Dans un article publié dans la revue Physical Review Letters, les chercheurs du Royaume-Uni, d'Espagne, de France et des États-Unis expliquent comment utiliser les nanocornets de carbone pour un stockage plus optimal de l'hydrogène qu'avec les nanotubes. Les nanocornets de carbone sont, comme leur nom l'indique, des structures en forme de corne, composées d'une seule couche d'atomes de carbone. Les nanocornets sont des matériaux de deux à trois nanomètres de longueur, et ils s'agrègent pour former des structures en forme de dahlia, de 80 à 100 nanomètres de diamètre. Grâce à la spectroscopie de neutrons à haute résolution, les scientifiques ont pu étudier la force des interactions entre les molécules d'hydrogène et les nanocornets de carbone. L'interaction entre l'hydrogène et les nanocornets de carbone s'est avérée bien plus puissante que l'interaction entre l'hydrogène et les nanotubes de carbone. «Les résultats montrent que l'interaction entre l'hydrogène et les nanocornets est bien plus forte qu'entre les nanotubes de carbone et l'hydrogène. Ainsi, les nanocornets et nanostructures liées sont des matériaux prometteurs pour le stockage de l'hydrogène», ont conclu les chercheurs.

Pays

Espagne, France, États-Unis