Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La «ola» des abeilles incitent les frelons à déguerpir

Beaucoup de personnes associent «la ola» (ou «vague mexicaine») au football, aux stades bondés et à la détente. Mais cette vague n'est pas le monopole des fans en délire. Une équipe de chercheurs de l'université de Graz (Autriche) et des jardins botaniques royaux de Kew (Royau...

Beaucoup de personnes associent «la ola» (ou «vague mexicaine») au football, aux stades bondés et à la détente. Mais cette vague n'est pas le monopole des fans en délire. Une équipe de chercheurs de l'université de Graz (Autriche) et des jardins botaniques royaux de Kew (Royaume-Uni) a découvert le mystère à l'origine du phénomène de «miroitement» chez les abeilles géantes. Leurs résultats ont récemment été publiés dans la revue PLoS ONE. Lorsqu'elles sont en état d'alerte, des centaines, voire des milliers d'abeilles se tournent abdomen en l'air, d'où une impression de «vague mexicaine» sur les ruches. Selon l'équipe de recherche, ce phénomène de miroitement permet aux abeilles de communiquer et de se défendre contre les frelons prédateurs. Cette action est importante étant donné que la «ola» oblige les prédateurs à trouver d'autres proies. Ainsi, les abeilles se protègent et protègent également leurs nids. Le professeur Gerald Kastberger de l'institut de zoologie à l'université de Graz (Autriche) a dirigé l'équipe de scientifiques dans leur étude du fonctionnement de ce comportement de miroitement. Les chercheurs ont depuis longtemps compris que le miroitement est provoqué par le stimulus visuel des prédateurs. Les abeilles géantes appellent leurs compagnons à la rescousse, d'où cet effet de miroitement. Ce comportement crée une sorte de «rideau d'abeilles» ou de «zone de protection» autour des rayons de miel (d'environ 50 cm), ce qui permet une communication rapide, efficace et continue entre les abeilles. En d'autres termes, les prédateurs éventuels se heurtent à un mur et ne peuvent pas entrer. Le professeur Kastberger a installé deux caméras afin de filmer l'activité des colonies d'abeilles. L'équipe de recherche a étudié image par image environ 500 épisodes d'interactions entre les abeilles et les frelons. Les colonies d'abeilles géantes utilisent ce phénomène de miroitement afin de repousser les frelons; au plus les frelons approchent vite, au plus le miroitement des abeilles sera puissant. Cette étude montre également que lorsqu'ils font face à une «ola» de la part des abeilles, les frelons déguerpissent. Selon les chercheurs, le miroitement à grande échelle peut repousser les frelons prédateurs, et le miroitement à petite échelle sème le désordre chez les ravageurs. Les prédateurs doivent alors partir à la recherche d'abeilles qui volent librement. Dans leur rapport, les chercheurs se sont également penchés sur les principes évolutionnaires des bénéfices du miroitement pour les abeilles géantes. D'après leurs résultats, l'équipe déclare que le miroitement est un facteur clé dans la vie des abeilles, d'autant plus qu'il leur permet de maintenir ce style de vie à nid ouvert qu'elles ont développé il y a des millions d'années. Les abeilles d'Asie du Sud-Est construisent leur nid à rayon unique totalement ouvert. Ces abeilles géantes ont choisi de construire leurs nids dans les arbres, sur des rochers ou des bâtiments humains. Selon les membres de l'équipe, il est très courant pour ces espèces de retourner sur ces sites chaque année. D'après les chercheurs, le transfert d'informations et l'auto-organisation sont des facteurs clés à l'origine de l'effet de miroitement.

Pays

Autriche