Skip to main content

Article Category

Entretien

Article available in the folowing languages:

Lancement d'un réseau virtuel pour les chercheurs

Facebook, MySpace et LinkedIn ont permis de créer des réseaux sociaux et professionnels dans le monde entier. Mais sont-ils pour autant utiles à la communauté scientifique? Un groupe d'experts a tenté de répondre à cette question et a lancé une plateforme de mise en réseau inn...

Facebook, MySpace et LinkedIn ont permis de créer des réseaux sociaux et professionnels dans le monde entier. Mais sont-ils pour autant utiles à la communauté scientifique? Un groupe d'experts a tenté de répondre à cette question et a lancé une plateforme de mise en réseau innovante où les chercheurs peuvent se connecter en un seul clic. En tant que première communauté Web 3.0 ouverte au public, ResearchGATE prend le monde scientifique d'assaut. Cette plateforme permet aux chercheurs d'accéder à plusieurs applications, en alimentant et en renforçant de manière efficace la coopération et l'échange de connaissances à tous les niveaux. Les chercheurs ont déjà accès à un moteur de recherche sémantique qui traite des données abstraites afin de trouver des informations similaires dans diverses bases de données, telles que PubMed. Comme l'explique ResearchGATE dans un communiqué, ce nouveau moteur de recherche répertorie également les chercheurs et les groupes ou groupes de discussion ayant un rapport avec la requête. «ResearchGATE associe un réseau virtuel pour les chercheurs à un algorithme de recherche sémantique puissant et efficace», explique Alexander von Freyhold-Hünecken, directeur commercial de ResearchGATE, à CORDIS Nouvelles. «ResearchGATE offre à ses utilisateurs des informations pertinentes compilées dans la plateforme ainsi que des informations provenant de bases de données publiques simultanément. Ce qui permet de connecter les chercheurs aux thèmes pertinents dans le monde entier.» Le développement et la mise en oeuvre des outils et des applications sont également importants. «Nous lançons constamment de nouveaux outils et de nouvelles applications. Notamment, grâce à l'algorithme sémantique, il sera possible de mettre des informations similaires automatiquement en corrélation», explique M. von Freyhold-Hünecken, qui est également étudiant en doctorat dans le domaine de l'économie et des statistiques à l'université de Göttingen. «Cette plateforme sera en mesure d'envoyer des alertes concernant les derniers groupes, publications, discussions ou chercheurs sur la base d'une requête. La possibilité d'obtenir des résultats automatiques sur des collègues ou des postes vacants sera bientôt disponible.» Depuis son lancement, il y a cinq mois, ResearchGATE a téléchargé plusieurs applications et d'autres le seront inévitablement. La base du réseau compte actuellement plus de 14000 chercheurs, et ce chiffre devrait encore augmenter. Plus d'une centaine de réseaux et de professeurs soutiennent l'action de ResearchGATE. Notons que ces nouvelles applications sont examinées et conçues sur la base de requêtes mais également sur les retours d'informations provenant des chercheurs au sein de ResearchGATE, explique M. von Freyhold-Hünecken. «ResearchGATE a été spécialement conçu pour les besoins des chercheurs, des informations sur les compétences de recherche, les projets et publications contenus dans le profil d'utilisateur à l'algorithme de recherche sémantique dans la recherche de résumés. Elle peut trouver des articles connexes dans une base de données contenant plus de 30 millions de documents», continue-t-il. «Cette plateforme offre un espace de travail collaboratif pour les chercheurs et les sous-communautés des organisations de recherche ainsi qu'aux entreprises impliquées dans le domaine de la recherche.» La viabilité de ResearchGATE est également un facteur clé dans ce projet. «L'objectif est de faire de ResearchGATE une plateforme autosuffisante. Par exemple, nous espérons prochainement mettre en place une page spécialement consacrée aux emplois», fait remarquer M. von Freyhold-Hünecken. Le directeur commercial fait également remarquer que la majorité des chercheurs qui utilisent le programme se trouvent en Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. «Au total, des chercheurs originaires de 21 pays participent à cette plateforme.» En ce qui concerne les perspectives d'avenir pour la plateforme, M. von Freyhold-Hünecken prévoit que le projet constitue un réseau mondial d'excellence et d'expertise. «Notre réseau scientifique est le plus innovant et celui qui croît le plus rapidement. L'objectif est de rendre le flux de travail plus efficace», commente-il. «Pour ce faire, il faut pouvoir trouver les bons documents et collaborateurs, obtenir de l'aide et un retour d'informations sur des problèmes spécifiques, et faire connaître des publications au moyen de conférences virtuelles.»

Pays

Allemagne

Articles connexes